Fanfiction World of Warcraft

Retour à la liste des Fanfiction

J'ai... échoué...

Par Lamenuit
Les autres histoires de l'auteur

J'ai... échoué...

"J'ai ...échoué..."

Les derniers mots d'Ossirian envahissent une nouvelle fois mon esprit, et me permettent de lutter contre les murmures médisants qui emplissent ces cavernes.

Le Temple d'Ahn quiraj, comme si un enchevêtrement de cavernes pouvait porter un tel nom, est un endroit maudit. Des créatures ancestrales se sont relevées, des êtres fait de pierre et de roche protègent les couloirs, accompagnés d'hideux insectes tirés de nos plus atroces cauchemars. Certes je ne dors plus, et mes cauchemars je les vis tous les jours, mais tel est le prix à payer dans ce monde insensé où la Guerre semble éternelle.

La petite voleuse de Dalaran a bien grandit. Nous avons éteint les flammes des profondeurs du Coeur de Magma et abattu Nefarian. Les ruines qui s'étendent autours du Temple d'Ahn Quiraj n'ont aujourd'hui pas plus de secret que la Jungle de Zul'Gurub. Mais il y a toujours un ennemi ici bas. L'Alliance et la Horde ne s'affronte plus qu'en de petites escarmouches, occupés que nous sommes à affronter des maux bien pires qui semblent perpétuellement renaitre et se renouveler, tel un bal maudit où la musique ne cesse jamais.

Ce soir c'est un insecte qui nous barre la route, une abeille géante que les légendes nomment Princesse Huhuran. De quel étrange royaume peut-elle bien être princesse, et de qui est elle la fille ? Les légions maudites de C'thun sont enfermés là depuis trop longtemps pour que la mémoire des hommes ne s'en rappelle, et ce n'est de toute façon pas le propos. De sang royal ou pas, ce dernier va couler et se mêler aux mares de poison au dessus desquelles elle s'agite.

Je n'aime pas Ahn'quiraj, je ne peux pas dire que cet endroit me fasse peur, ce sentiment ne m'est pas encore revenu, mais il me dérange. Un mal immense habite ces parois, profond, véritable, noir. Il me semble toujours en pénétrant ce lieu avoir quitté le monde, et seule la présence de mes Frères à mes côtés me permets d'avancer.

La créature est face à nous, et tant que nous ne franchissons pas le seuil de sa titanesque caverne elle semble nous ignorer, errant sans but, comme machinalement. Toute vie a disparu ici, et cette fille de Roi n'est plus que l'ombre d'elle-même, coincée ici dans une mascarade d'existence à laquelle nous allons mettre un terme.

L'Insecte n'est pas simple à défaire. Si toute essence vitale l'a quittée elle n'en reste pas moins agressive, hargneuse et redoutable. Comme laMort, elle frappe avec régularité. Des coups terribles, presque mécaniques et l'air s'emplit de poison au fur et à mesure que le combat avance. Bien sur nous nous sommes préparés, les druides du Cercle Cénarien ont accédés à nos requêtes et nous ont enseignés le savoir ancestral de leur culte pour se protéger des rudesses de la Nature, mais même ainsi parés, le combat est épique. Deux guerriers occupent son attention en se relayant, car un seul ne survivrait en aucun cas en duel avec elle. C'est un jeu habile auquel nous nous livrons, la frappant sans relâche sans trop se faire remarquer, assommés par moment par la violence des toxines que la Princesse ne cesse de projeter. Sa résistance s'amenuise, nous le sentons, mais sa force grandit en parallèle et ses derniers assauts, dans un reflexe de défense, sont ahurissant. Mes compagnons tombent les uns après les autres, et nous ne sommes bientôt plus qu'une poignée. Notre volonté reste sans faille et nous ne lachons rien, embrasés que nous sommes de vouloir venger nos compagnons. Je sens une fois de plus la vie me quitter, mon corps ruisselle d'un poison mortel qui brouille ma vue... Un dernier coup, mon bras. La dague ramassée à Naxxramas s'enfonce une fois de plus dans la carapace de la Princesse. Un dernier souffle mon corps. Je tombe à genou dans une flaque verdâtre où même le cuir semble se consumer. Un dernier regard, mes yeux. Je ne parviens qu'à apercevoir quelques ombres autours du corps mutilé mais flottant d'Huhuran. Un dernier doute, mon âme. Avons nous été vaincus, comme C'thun s'amuse à nous le répéter, embrumant nos pensées de ses abjects messages? Puis c'est le noir. Calme, reposant, silencieux.

Il ne dure pas néanmoins, car la vie renaît une fois de plus en mon corps. Rappelée par les soigneurs de mon Clan, je me relève. Prête à me battre à nouveau, j'ouvre les yeux et me fends d'un sourire. Huhuran ne volera plus.



Nous sommes devenus une force, un nom. Les Frères de Sang ont gagné leurs lettres de noblesse sur les champs de bataille et face aux plus abominables engeances de ce monde , formant même aujourd'hui le fer de lance de la Horde au sein de la Nécropole de Naxxramas. Un immense sentiment que je suppose être de la fierté m'habite désormais, et la valeur de mes compagnons glorifie chaque jour un peu plus la Guilde.

Huhuran est tombée la veille, et nous avons longuement fêté cette victoire dans les rues d'Orgrimmar et sur les corps inertes des forces de l'alliance qui ont eu le malheur de nous croiser sur le chemin du retour. Même Onyxia a du supporter notre visite impromptue, et bien que d'humeur rebelle, elle est allé rejoindre rapidement son noir Frère au royaume des morts.

C'est l'esprit plein d'espoir et le coeur vaillant, même si froid me concernant, que nous avançons à présent vers les araignées de la Nécropole. Anub'Rekham n'est plus aujourd'hui que l'ombre de lui-même, pantin d'un grand échiquier dirigé par le Roi Liche. Nul combat n'est plus cher à mes yeux que celui face au Fléau. J'ai fais partie des pions de Son jeu, je lui dois de ne pas avoir disparu, certes, mais je lui dois surtout mon aspect et mes séquelles. Et si quelqu'un doit payer pour ca, Kel'Thuzad fera une cible de choix.

Il ressemble à un grand et beau scarabée, bleuté et irisé. Après l'abeille d'hier c'est à croire que tout ce qui est petit à tendance à grossir démesurément dans les abimes du Mal. Il est affamé de chair et de vie, le spectre damné, et n'est pas venu seul hanter ce lieu. Des cohortes de scarabées de taille bien plus raisonnable l'accompagnent et s'attaquent à tout ce qui bouge, soutenues par d'arachnéennes créatures beaucoup plus résistantes.

Nous divisons nos forces afin de contrer l'ensemble des leurs. Un Tauren tout de plate vétu part devant, jettant à Anub un regard glacial, il hurle à son encontre des insultes portant tout autant à sa nature d'insecte qu'à son statut de larbin. La Bête se jette sur lui, lui promettant milles supplices avant que la mort ne le libère. Le combat est lancé. Les deux premières araignées succombent aux coups des voleurs pendant que les sorciers annihilent les insectes grouillant à leurs pieds dans une orgie de feu et de glace, isolés qu'ils sont d'Anub'Rekham à présent trop occupé à s'acharner sur le Guerrier qui le provoque. Nous ne pouvons que peu de temps nous focaliser sur l'imposante créature tant le flot de ses rejetons ne semble pouvoir se tarir. Mais peu à peu nous nous mettons en place, les voleurs et trois guerriers s'occupent seuls des araignées qu'Anub appelle sans cesse pendant que mages et démonistes se relaient sur les scarabées et leur titanesque maître. Le combat est long; tout se joue sur un placement sans faille et d'habiles manoeuvres orchestrées par Badavian et Stoneheart, mus ensemble qu'ils sont par une volonté commune et implacable. Ils ne se parlent pas et pourtant se comprennent, agissant de concert. La carapace d'Anub commence doucement à se fissurer, les flèches, le feu et la glace brisant son corps autant que sa volonté. On peux sentir la rage du colosse et le lien qui l'unit au Roi Liche commencer à faillir, puis dans un dernier râle, se briser.



C'est ainsi qu'en deux jours superbes et auréolés de Gloire, les Frères de sang se sont défaits pour la première fois d'Huhuran et d'Anub'Rekham.

Face à Faerlina, je ne peux retenir ces mots.

"Le bonsoir à toi, servante impie d'un Roi déchu. La mort s'approche de toi à pas feutrés, mais tu auras tout loisir de bien la voir venir, car les Frères de Sang envahissent ces murs, et vont t'en déloger. Transmets ce message à ton Seigneur, son retour en ce monde n'est que passager. Sa Nécropole sera son Tombeau. "

Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site World of Warcraft : 360.601.052 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.