Fanfiction World of Warcraft

Retour à la liste des Fanfiction

Le voyageur des neiges

Par Aldus

Chapitre 1

La Reine-Banshee

Le héros désabusé

Retour en Lordaeron

Le Seigneur déchu

Complot à Âtreval

Anton

Un homme seul se frayait un chemin dans les étendues neigeuses de la Couronne de Glace. Les vents étaient aussi violents qu'on pouvait l'imaginer et sa cape faite de peaux ne cessait de claquer, voire de le ralentir. Masqué d'une épaisse écharpe de laine, sa capuche ne laissait transparaître que des cheveux grisâtres et un regard déterminé par des années de combats. Les plis de sa peau indiquaient tout aussi bien que cet homme qui bravait les éléments était d'âge mûr. Il n'utilisait pour seul appui qu'un bâton noueux dont la partie médiane était renforcée de bandes de cuir, destinées à améliorer la prise du porteur.

Malgré le blizzard qui ne laissait rien entrevoir à dix pieds, l'homme semblait parfaitement sûr de son chemin tout en semblant lutter pour que son corps maintienne le rythme. Autour de lui, seules des dunes de neiges offraient un semblant de relief. Pas de quoi atténuer cependant la violence de la tempête. Des ombres défilaient parfois, sans que l'on sache trop si elles étaient le fruit d'animaux, ou d'autre chose encore. L'homme jetait des coups d'oeil vigilants à ces dernières, tout en continuant d'avancer envers et contre tout.

*Tchac*

Le bruit aurait été imperceptible pour l'oreille d'un humain normal, mais l'homme se retourna immédiatement vers la provenance du son. Sans bouger plus avant, il regarda vers l'une des ombres qui avait cessé de défiler.

*Tchac Tchac*

Le bruit des flèches tout juste décochées avait été le signal. L'homme se jeta en avant de façon surnaturelle. Empoignant son bâton, il le lança à pleine vitesse sur l'ombre tout en déviant les flèches ralenties par le blizzard d'un geste expérimenté de sa cape rembourrée de fourrure. Lorsqu'il posa le pied à terre, il avait effectué un véritable bond sans élans de 10 mètres. A terre gisait le squelette au crâne défoncé de ce qui avait un membre du fléau. Le bâton avait fait son office, éclatant les os fragiles du mort vivant et brisant ainsi la magie nécromantique qui l'animait.
L'homme reprit immédiatement son arme de fortune et jeta des coups d'oeil aux alentours afin d'évaluer la présence possible d'autres menaces. La tension diminua progressivement et il se remit en marche.

A 100 mètres de là, les immenses portes de la Citadelle défoncées des années plus tôt par la Croisade d'Argent l'attendaient.
Une à une, le voyageur grimpa les marches de l'escalier de l'Angoisse et se présenta à elles. Témoins des évènements glorieux de la chute d'Arthas, des bannières déchirées et des éclats d'armures jonchaient le sol. Le bélier qui avait sonné le début de la fin du fléau était désormais en pièces. L'homme s'arrêta devant les débris et, son attention captée par l'un des monceaux, s'agenouilla. Après l'avoir essuyé de sa cape, dans sa main luisait un insigne de la croisade. Ce bijou distribué par le Seigneur Tirion en personne désignait les officiers de haut rang. Petit bouclier en acier tenant dans la paume, un soleil aux rayons tranchants était gravé en son coeur. De la feuille d'or était normalement incrustée dans les gravures, mais l'usure et le temps avaient fait leur oeuvre. L'homme ne manifesta pas l'ombre d'un sentiment dans son regard, et jeta au loin l'insigne, parmi le reste des immondices. Il s'engouffra par les portes ouvertes dans le coeur de la Citadelle du roi déchu.

Après avoir traversé de nombreux couloirs austères et toujours empreints d'une force maléfique, la fin du voyage était enfin à portée.
Une pièce aussi grande que la cathédrale de Hurlevent s'étendait à ses pieds. Sans fenêtre, les murs bleutés par le givre et zébrés de « veines » de saronite reflétaient une faible lumière à la provenance indistincte, qui donnait à la pièce un air encore plus lugubre. Au plafond en voûte était encore accroché l'un de ces immenses chandeliers qui quelques années auparavant éclairaient la citadelle entière en brûlant éternellement les âmes des victimes les moins fortunées du Fléau. Sans ces flammes damnées, qui avaient disparu après la purification de la forteresse, seule cette étrange lumière provenant des murs gelés lui permettait de ne pas sombrer dans la plus totale des obscurités.

Au centre de la pièce, reposant sur le sol pavé de métal impur, un modeste autel surmonté d'un crâne se tenait. C'est uniquement à sa vue qu'enfin, le regard du voyageur, jusque-là si dur, se relâcha enfin. D'un geste, il fit tomber sa cape et jeta à terre son bâton. Il se redressa et trotta doucement vers l'objet de son voyage.

D'une chemise de lin teinte en pourpre et d'un pantalon de cuir consistait l'étrange accoutrement d'un homme qui semblait tout droit venir d'une fête de quartier de Dalaran. Ses cheveux grisâtres tombaient jusqu'à la nuque et une barbe finement taillée adoucissaient les traits durs de son visage sévère. Il aurait été difficile d'estimer son âge. Sa prestance et sa façon de se mouvoir juraient avec son corps marqué. A l'annulaire de sa main gauche, il portait une chevalière en bagarre aux armes non-identifiées.

De sa main droite, il attrapa le crâne posé sur l'autel. Son visage trahissait une attente qui semblait frustrée. Après plusieurs minutes à attendre une réaction, il reposa le crâne, la main tremblante et le regard perdu. Distrait par ses pensées, il se retourna et ferma les yeux.

Pouvait-il s'être trompé ? Cette interrogation semblait le torturer. Une interrogation qui s'interrompit lorsqu'il sentit la froideur du métal sur son cou. Lentement, il ouvrit les yeux et les baissa. Une dague ornée de runes du fléau était prête à l'abattre. Une voix rauque s'éveilla finalement derrière lui.

- Un humain... Encore un à la recherche des secrets du roi liche. Encore un à la recherche de sa puissance. Vous n'auriez pas dû venir...

Cette voix trahissait non pas un faible membre du fléau, dont l'intelligence était de toute façon trop limitée pour parler ainsi, mais sans aucun doute un lieutenant puissant. Conscient de cela, l'homme ne bougea pourtant pas et n'esquissa qu'un sourire. L'instant d'après, la dague du fléau n'étreignait plus que de l'air. A une quinzaine de mètres, l'humain était déjà relevé, et scrutait son adversaire, en posture de combat et son bâton à la main.

En face de lui se présentait l'un des membres du fléau les plus détestables : les chevaliers de la mort. Ceux-ci étaient des êtres autrefois bons, voire des héros de leur races, qui avait été dénaturés par la magie impie du Roi-Liche, jusqu'à devenir aussi corrompus que leur maître. Leur dangerosité tenait également à leur volonté qui restait relativement indemne après leur transformation. Contrairement au reste de la troupe, ils n'étaient pas une bande de décérébrés, mais bien des stratèges doués de conscience et expérimentés grâce à leur passé avant la corruption. Celui auquel notre homme faisait face avait été humain un jour. Il ne restait plus de lui que des lambeaux de chairs sur un cadavre recouvert d'une armure lourde de saronite. Il ne tenait déjà plus en main sa dague, mais une lourde épée à deux mains dont les runes brillaient d'une lumière d'affliction. Pour la première fois depuis des jours, l'homme parla :

- Ton maître est mort et enterré, et pourtant tu protèges la citadelle de ton maître envers et contre tout. J'admire ta dévotion, Chevalier. Je prendrais soin de rendre ton corps aux flammes après t'avoir ôté ce qui te reste de vie.

Le Chevalier ne répondit pas. Son visage était coiffé d'un lourd casque de saronite à la visière en forme de taureau. Il se contenta de lever cette dernière. L'homme, lui, semblait très différent du voyageur qui luttait dans la neige il y a encore quelques heures. Son regard était désormais excité, et un léger sourire s'esquissait à la commissure de ses lèvres. L'adrénaline du combat était sa drogue.

Le Chevalier leva son épée et chargea. Confiant de sa supériorité martiale sur un vieillard, il comptait sur un coup décisif. En approchant à toute vitesse, il balança son arme vers l'arrière pour la renvoyer rapidement en direction de sa cible, tendant tous les muscles de son cadavre décrépit pour donner davantage de force au coup. L'épée s'abattit en fendant l'air vicié de la citadelle. Le corps relâché et son épée encastrée, le Chevalier de la mort leva le regard, sûr de son fait. Pour constater avec stupeur que l'humain était toujours en vie. Son épée n'avait fait que s'enfoncer dans une épaisse couche de glace invoquée au moment fatidique.

Du côté de l'homme, l'excitation du combat encore présente quelques secondes auparavant avait fait place à une inquiétude anxieuse. Son premier réflexe avait été de vouloir esquiver le coup de son adversaire, grâce à sa magie élémentaire. Mais le chevalier semblait avoir prévu une défense de nature magique et avait pendant sa course invoquée une sombre magie de silence. Du coup, l'homme s'était révélé incapable d'utiliser sa magie convenablement. Sans sa parade ultime de glace, il serait mort. Il avait clairement sous-estimé son adversaire.

Le chevalier fit un bond en arrière d'une dizaine de mètre pour mieux jauger la situation. Les deux combattants se regardèrent et chacun d'entre eux venait de comprendre : si vainqueur il y avait, il en sortirait au mieux gravement blessé. Et être gravement blessé au milieu d'une ancienne forteresse du fléau sur un continent perdu n'était pas une option viable.

Comme s'ils avaient chacun compris qu'il n'y aurait aucune issue, chacun des deux belligérants rangea son arme. Le Chevalier parla en premier :

- « Vous n'êtes pas mauvais, Mage. Restons-en là et quittez cet endroit ».

Sa phrase terminée il se tourna pour quitter la pièce.
Mais le mage n'avait pas quitté son regard anxieux et parla à son tour :

-« Attends, tu peux m'aider.
-Je ne peux pas vous aider, je suis un membre du fléau, ne surestimez pas votre chance et partez immédiatement, ou bien je vous tuerais, d'une manière ou d'une autre », répondit le cadavre, tout en continuant à marcher vers la sortie.

Un sourire se dessina à nouveau sur les lèvres du Mage.
-« Tu n'es pas un membre du fléau. »

Le Chevalier de la Mort s'arrêta et retourna vers le Mage.

-« Peu importe qui je suis, vous n'avez rien à faire ici.
-Au contraire, car c'est ici, dans cette pièce, que se dessine l'avenir ». Son sourire ne cessait de s'élargir.
-« Comme je le pensais, vous êtes venus ici en quête de puissance, encore un mage de pacotille qui marche sur les traces de Kel'Thuzad. Et vous finirez comme lui, dans une urne funéraire. »

Le Chevalier continuait de scruter le mage, attendant sa réponse. Ce dernier finit par s'avancer vers l'autel et se saisit du crâne qui continuait d'y siéger. Il pointa vers le mot-vivant un doigt interrogateur.

-« Savez-vous ce qu'est ceci ?
-Une relique du Roi des Morts, rien qui ne m'intéresse, rien qui ne vous reviendra. »

Le Mage comprit que le Chevalier n'avait aucune idée de ce qu'était la relique.

-« Ceci, mon ami, est le crâne de Terenas Menethil, dernier Roi de Lordaeron. »

Le Chevalier resta impassible devant cette révélation. Le Roi Terenas avait été impitoyablement massacré par son fils, le Prince Arthas, alors que celui-ci venait d'obtenir Deuillegivre en Norfendre. Plus tard, ce même Prince avait profané l'urne funéraire de son père afin de s'en servir comme réceptacle pour les restes de la liche Kel'Thuzad. La présence du crâne en ces lieux était difficile à comprendre. Il était de notoriété de commune que les restes qu'Arthas avait laissés sur place après la profanation avaient été enterrés près de l'ancienne Capitale de Lordaeron. S'agissait-il d'une parcelle d'humanité de l'ancien Prince qui, subsistant, avait voulu garder auprès de lui un souvenir de son père, ou bien l'insolence de la jeunesse conquérante qui désirait garder un trophée en mémoire de ses « victoires » ? La question n'avait plus que peu d'intérêt. Arthas brûlait désormais en enfer, tout comme son père.

-« Comme je vous l'ai dit, cela ne m'intéresse pas, mais vous n'aurez pas ce crâne. »
-« Oh mais je ne souhaite pas prendre ce crâne auprès de moi, je souhaite simplement m'assurer de son identité. Tu es un ancien servant du fléau. Toucher ce crâne te suffirait à savoir s'il appartient bien à l'ancien Roi de Lordaeron. »

Le chevalier ne répondit pas immédiatement. Le mage semblait étrangement enthousiaste quand il parlait du crâne.

- « Si je te donne ta réponse, tu partiras ?
- Je disparaîtrais et te laisserais à ta solitude dans ce labyrinthe infernal. »

Le chevalier haussa les épaules. Il se dirigea vers le Mage et lui prit brutalement le crâne des mains. Alors que l'humain s'apprêtait à réagir, il lui fit signe de la main de s'arrêter. Il prit une profonde inspiration et inspecta le crâne de son aura impie. Après quelques secondes de concentration, il relâcha la tension de son corps et regarda le mage.
-« Ce crâne était en effet celui d'un roi, trahi et assassiné par son propre fils. Et te voilà toi, humain, qui cherche à en savoir plus sur celui-ci. Pourquoi ? »

Le mage sourit à nouveau et releva sa manche gauche. Il montra son annulaire au mort-vivant, où trônait sa bague.

-« Vois-tu cette bague ? Ses armes sont celles de ma famille, qui servait avant la chute de Lordaeron la famille royale. Je compte récupérer ce crâne et enfin donner des funérailles dignes à mon roi, les réprouvés ayant bâclé le travail. »

Il cracha presque le mot désignant les nouveaux habitants de Lordaeron. Le Chevalier se détendit devant ces mots. Il ne savait que trop bien combien d'âmes avaient été privées de repos par la profanation de leurs restes. L'idée que même un Roi ne puisse reposer en paix le réconfortait en quelque sorte.

-« Je crois que ta quête est noble, Mage. Je t'autorise à quitter ces lieux avec le crâne. Je suis moi-même un mort-vivant et j'apprécie que les vivants se soucient du repos des âmes. »

En prononçant ces mots, le Chevalier avait instinctivement porté la main à son cou.

-« Je te remercie, Chevalier. Je quitte donc cet endroit avec le crâne, comme convenu. Me donneras-tu ton nom ? »
-« Mon nom n'a aucun intérêt pour toi. Pars donc immédiatement. »
-« Je vois, je te donnerais néanmoins le mien. Je suis Aldus de Montargent. Adieu, brave Chevalier. »

Immédiatement, Aldus invoqua une urne magnifiquement ornée dans laquelle il plaça le crâne, et la renvoya dans une autre dimension magique. Il se téléporta ensuite non sans adresser un clin d'oeil à la créature de chair et d'os.

Cette dernière resta impassible de longs instants, avant de retourner sur ses pas. Et de s'arrêter. Un doute ne cessait de l'assaillir depuis que cet homme lui avait donné son nom. Il retourna néanmoins jusqu'à son bivouac dans les profondeurs de la citadelle. Là, il fouilla plusieurs heures durant dans divers parchemins et lettres qu'il conservait auprès de lui. Jusqu'à tomber sur une lettre de sa femme, écrite avant l'avènement du fléau :

Mon cher Anton,

La saison des récoltes vient de se terminer et je n'espère plus que de te retrouver au plus vite à Dalaran. Les rumeurs de la peste rendent tout le monde nerveux ici, mais pas tant que les rumeurs de rébellion du Seigneur de la région voisine. Les gens du village disent que ses hommes d'armes fourbissent leurs épées en vue de renverser le Roi Terenas. Ce Seigneur est un ambitieux paraît-il, mais je pense définitivement à ce que nous partions ensemble pour le Sud. Je n'en peux plus de ces guerres et de ces conflits. Ont-ils déjà oublié ce que nous ont fait les orcs ? Je pense chaque jour à toi mon aimé.

Je t'aime

Clelia

Il venait de se souvenir du nom de ce Seigneur ambitieux. Il venait d'ailleurs de le rencontrer en début de journée : Aldus de Montargent. Et il venait de comprendre que cet homme n'était pas venu ici simplement pour offrir une sépulture décente à Terenas.
Même dans la salle du trône, les émanations puantes du quartier des apothicaires restent insupportables, malgré l'habitude.
Le quartier royal de Fossoyeuse avait bien changé depuis les débuts difficiles des réprouvés. Varimathras n'était plus là pour dispenser ses conseils empoisonnés et des non-réprouvés déambulaient sans crainte particulière au milieu des apothicaires et des abominations. Les incidents ayants suivis la trahison de Putrescin au Portail du Courroux avaient sans aucun doute forcé les choses, mais cette ouverture au monde n'était pas pour déplaire aux marchands non-morts dont les bénéfices avaient explosés depuis la fin du cataclysme et la reprise de la guerre entre la Horde et l'Alliance, en Pandarie. Indubitablement, la nation de Sylvanas était devenue prospère et plus que jamais établie pour durer sur les ruines encore fumantes de Lordaeron. Pourtant, les dangers ne manquaient pas de se manifester à l'encontre des réprouvés. L'Alliance, subissant des revers en Kalimdor, cherchait désormais à pousser son avantage en Azeroth par le financement de mouvements rebelles dans les Hautes-Terres Arathi et dans les Contreforts de Hautebrande. La guerre couvait et ne tarderait sans doute pas à embraser toute la partie Nord des Royaumes de l'Est. Pire, la prise de Gilnéas quelques années plus tôt avait été un véritable calvaire et avait saigné à blanc les armées réprouvées. Armées réprouvés désormais engagées presque en totalité sur le nouveau continent de Pandarie, sur ordre du Chef de Guerre.

Mais la Reine-Banshee avait d'autres préoccupations, avec en premier lieu l'hostilité ouverte de Garrosh Hurlenfer aux autres races de la Horde. Si elle respectait ce dernier en tant que conquérant, il ne cessait cependant d'affaiblir la position de la Horde dans les Royaumes de l'Est au profit de Kalimdor. Surtout, Orgrimmar avait expulsé sur son ordre de nombreux non-morts qui y vivaient depuis les prémices de la trêve de circonstance entre Thrall et Sylvanas, après le départ d'Illidan pour l'Outreterre. De jour en jour, les Réprouvés étaient de plus en plus isolés, alors que les Sin'Dorei gagnaient en confiance au fur et à mesure que le traumatisme de l'invasion de Lune-d'Argent s'estompait, et s'éloignaient donc de Fossoyeuse. Si jamais l'Alliance décidait d'envahir en force l'ancien Royaume de Lordaeron et que la Horde ne répondait pas à l'appel... La Dame Noire détestait l'admettre, mais elle avait besoin encore aujourd'hui de ses alliés si elle ne voulait pas voir son peuple brûler jusqu'au dernier.

Dans ses pensées, elle ne remarqua même pas le nécrotraqueur qui venait de s'agenouiller devant elle. Sans un mot, il lui tendit une missive, qu'elle attrapa doucement, et repartit en s'inclinant.

« Anton ? Qui est-il ? »

Elle s'apprêta à rappeler le nécrotraqueur pour lui demander des explications sur la provenance de cette missive quand une phrase capta son attention.

« Le crâne de Terenas »

Lorsque les Réprouvés prirent le contrôle de l'ancienne Capitale de Lordaeron avec l'aide des forces de Garithos, pendant la guerre civile, un pèlerin se présenta aux forces humaines pour leur remettre les restes de l'ancien roi, principalement des cendres et quelques os. Respectueusement, les hommes du Connétable construisirent à la hâte dans le palais une petite crypte destinée à devenir la dernière demeure de Terenas Menethil. Quelques heures plus tard, ces forces étaient annihilées par la trahison de Sylvanas et Varimathras.

Sylvanas avait pensé un temps à utiliser ces restes à son profit, notamment en ressuscitant Terenas pour asseoir la légitimité des réprouvés sur Lordaeron, mais plusieurs problèmes se posaient alors. Le premier était que seul le pouvoir du Roi-Liche pouvait alors ressusciter un tel être sans en faire un zombie décérébré. De plus, elle s'aperçut en ouvrant le tombeau que les restes étaient incomplets. Le crâne restait manquant. Enfin, elle n'était plus sûre aujourd'hui d'avoir besoin de ressusciter l'ancien Roi pour asseoir son autorité, qui était désormais totale au Nord du Mur de Thoradin. Aujourd'hui, avec un squelette complet et le pouvoir des Val'kyr, cela était théoriquement possible, encore que...

Le fait qu'un humain se soit emparé de ce crâne ne signifiait tout compte fait pas grand-chose. Ce n'était désormais plus qu'une relique de l'ancien temps, rien qui ne puisse endommager son autorité. Que cet homme ait été un noble de l'ancienne Lordaeron n'y changeait rien. Rétablir la suprématie humaine sur Tirisfal n'était plus qu'un doux rêve de quelques hurluberlus quémandant le logis dans le palais du roi à Hurlevent. De plus, d'après cet « Anton », l'humain était seul. Si l'Alliance avait été impliquée, nul doute qu'une force conséquente aurait été envoyée en Norfendre pour mettre la main sur l'artefact. En prenant tout cela en compte, cela ressemblait finalement plus à une tentative désespérée d'un déshérité qu'à un véritable coup de force à venir. Mais Sylvanas n'avait pas survécu au Roi-Liche et tenu tête aux démons en ignorant une menace potentielle. Les nécrotraqueurs se chargeraient bien assez vite de ce gêneur et rapatrieraient le crâne à sa juste place : au tombeau. De plus, elle ne comptait pas laisser l'une des clés de la résurrection de Terenas dans des mains autres que les siennes. Elle fit signe à l'un des gardes royaux de s'approcher :

« Allez me chercher immédiatement Hawkins, j'ai besoin de son conseil. »

L'homme d'arme s'inclina et partit au petit trot vers le quartier des voleurs. La démarche de ces cadavres avait toujours quelque chose de dérisoire au sens qu'ils perdaient de temps à autres des morceaux entiers de chair. La question de savoir comment ils n'avaient pas tous fini en poussière avec les années décochait toujours un petit sourire à la Reine Banshee.

« Vous m'avez fait mander, ma reine ? »

Aleric Hawkins. Un homme énigmatique à bien des égards. Même parmi son peuple, il restait considéré avec méfiance. Sa tenue faite de lanières de cuir noir et son visage presque entièrement masqué n'aidaient pas à améliorer cette situation. Surtout, les rumeurs indiquant qu'il aurait été le maître d'une guilde d'assassins influente de Lordaeron lors de son vivant avaient le don de mettre mal à l'aise ses interlocuteurs. Il était l'un de ces réprouvés qui avaient rejoint Fossoyeuse sur le tard. Après la mort de Varimathras, les nécrotraqueurs s'étaient trouvés dépourvus de chef et il avait fallu remédier à cela de la meilleure manière. Jusqu'ici, Sylvanas n'avait pas été déçue de son choix. C'était un personnage singulier, et diablement efficace.

« Tu n'es pas sans savoir que nous avons reçu des nouvelles en provenance de la Citadelle d'Arthas en Norfendre. Cet Anton est-il un homme à toi ? »

L'assassin s'approcha du trône en restant incliné pour récupérer la missive reçue par la Reine-Banshee. Etonnamment, son corps n'empestait pas la mort comme la plupart des réprouvés. Un doux parfum de rose se dégageait du nécrotraqueur. Après un instant d'étude du document, il prit la parole :

« Mes hommes n'en savent que très peu sur lui, juste qu'il s'agit vraisemblablement d'un chevalier de la mort agissant désormais sous le seul contrôle de sa volonté. »

Ce n'était un secret pour personne, la poigne de Darion Mograine sur sa confrérie s'était fortement affaiblie suite à la défaite du Roi-Liche. Le fils du porte-cendres lui-même restait introuvable depuis plusieurs années. Le nécrotraqueur reprit la parole :

« J'ai cependant plus d'informations sur cet humain dont parle notre ami des terres gelées, il semble que tout soit vrai. C'est un noble humain qui possédait de nombreuses terres à l'Ouest de Thondroril avant l'avènement du fléau. Mais il est difficile de se procurer plus d'informations que ce que nous savons déjà, les archives des principales villes des Maleterres ayant brûlé depuis longtemps. J'ai cependant lancé des nécrotraqueurs à sa poursuite, même si nous marchons encore à l'aveuglette à l'heure qu'il est. »

Cette affaire était peut-être au final l'opportunité rêvée. Sylvanas craignait que le dégarnissement du front du mur de Thoradin au profit de la Pandarie sur ordre de Garrosh, n'encourage l'Alliance à lancer une attaque. Les ordres du Chef de Guerre étaient clairs : tous les efforts de la Horde devaient se concentrer sur le nouveau continent, et le reste des territoires rester sur la défensive. Cependant, rien n'était dit au sujet d'une éventuelle provocation de l'Alliance et de la manière d'y répondre. Ce crâne pourrait peut-être se révéler être un casus belli idéal pour mettre fin aux velléités de Varian Wrynn dans le Nord des Royaumes de l'Est, et ainsi mettre une pression salvatrice sur Khaz Modan. Tout ceci alors que les forces de l'Alliance restaient accrochées en Pandarie. Elle ne put s'empêcher d'afficher un sourire de satisfaction.

« Excellent, Hawkins », reprit la Reine-Banshee. « Je veux rester informée de cette affaire jusqu'à son dénouement. De plus, je veux que tu rappelles certaines de tes troupes restées en Pandarie. Je souhaite que nous redéployions notre réseau d'espion en Lordaeron. »

Les gardes de la salle du trône tressaillirent. Hawkins, lui, resta de marbre.

« Quelle raison dois-je donner au Chef de Guerre pour ce retrait ? Ces troupes sont placées sous ses ordres depuis votre retour à la Capitale. »

La Reine-Banshee esquissa une mimique de dégoût à l'évocation de Garrosh.

« Il n'y a aucune raison à donner au Chef de Guerre. Si ses sbires insistent, rappelle-leurs que les forces régulières des réprouvés restent en soutien de la Horde en Pandarie. Mais l'heure du retour de mes troupes d'élites à désormais sonné. Pars maintenant. »

« Bien, Ma Reine. »

Le nécrotraqueur se retourna et se dirigea vers la sortie. A mi-chemin, il s'arrêta et prononça ces mots, sur un ton hautement déplaisant aux oreilles de Sylvanas :

« Je me dois cependant de vous prévenir que Garrosh n'est pas dupe de vos actions, Ma Reine. Si tôt qu'il apprendra votre manège, il délaissera le front de Pandarie pour saisir l'opportunité de récupérer Tirisfal à son compte et de mettre les réprouvés au pas, voire pire. Il n'est peut-être pas si sage de le défier d'une telle manière. »

« Tu sembles gravement surestimer tant l'intelligence du Chef de Guerre que sa haine pour les réprouvés, Hawkins. Il ne se lassera pas de sa guerre contre l'Alliance, conflit qu'il a espéré depuis notre campagne du Norfendre. Il est bien trop occupé avec ses nouveaux jouets mogus pour s'occuper de ce qui se passe en Tirisfal. »

« C'est vous qui sous-estimez sa rage, Ma Reine. Il n'a peut-être pas la sagesse de Thrall, mais il considèrera votre mouvement comme un irrespect envers sa personne, voire une trahison. De plus, vous semblez oublier qu'il garde une rancune féroce pour le portail du courroux, et qu'il connaissait personnellement Dranosh Saurcroc, Mag'Har tout comme lui. ».

Remuer le couteau dans la plaie béante de la trahison de Putrescin avait sans doute été le mot de trop pour Sylvanas. Son ton ne haussa pas mais son visage semblait lutter pour ne pas se défigurer sous la rage.

« J'ai assez entendu tes conseils, Hawkins. Pars immédiatement et applique mes ordres, avant que tes outrages ne me fassent changer d'avis. »
Le chef des nécrotraqueurs quitta enfin la pièce, sans afficher l'once d'une peur ou d'une émotion.

Même après son départ, son parfum emplissait toujours la salle du trône. Se mélangeant aux vapeurs toxiques qui émanaient du quartier des apothicaires, la rose avait désormais l'odeur insoutenable de la pestilence.
Le temps était affreux, mais ce vieux canasson avait finalement accompli sa mission. Berthe était sa jument depuis 4 ans, après qu'il l'ait récupérée auprès d'un marchand un peu louche de Sombre-Comté. Elle n'était certes qu'un roncin de faible valeur, mais il s'était pris d'affection pour elle et l'emmenait partout où ses voyages le conduisait. Justement, ce voyage-ci venait de prendre fin, dans les Contreforts de Hautebrande. Là où, juste au Nord des Montagnes d'Alterac, un camp temporaire d'humains déguenillés tentait de survivre. Ces terres, autrefois joyaux de Lordaeron, n'étaient plus que l'ombre d'elles-mêmes. Les réprouvés les avaient défigurées au fur et à mesure de leur invasion à coups de pestes et d'immondices. Même le bastion nain de Dun Garok avait été complètement nettoyé. Fort heureusement, certaines parties de la région demeuraient exemptes de présence non-vivante, au bonheur des rares résistants humains qui subsistaient.

« Sire Cohen, vous êtes finalement de retour. »

Le ton employé trahissait à la fois le soulagement et le scepticisme. La jeune femme qui se tenait devant lui était incontestablement l'une des plus belles qu'il ait jamais vues. Son visage était fin et sévère, les années de combat avaient sculpté son corps sans en ôter les grâces. Ses cheveux légèrement bouclés, d'un noir de jais, tombaient juste sous la nuque. Ce n'était pas la première fois que Cohen rendait visite à la dirigeante de la Fraternité de Lordaeron, mais il ne se lassait pourtant jamais de la contempler.

« Vous n'auriez pas dû venir. Ces routes sont extrêmement dangereuses, surtout à votre âge. »

« Je ne suis pas encore infirme, Serina. Ma mission requérait de toute façon que je prenne le risque. »

Serina, sans un sourire, finit par acquiescer et invita l'homme en armure de plaques à entrer dans l'ancienne auberge du Clos de Dandred. Autrefois repaire du Syndicat, organisation criminelle qui sévissait en Lordaeron, le hameau était devenu l'antre d'un autre genre d'ordre caché, avec des buts autrement plus nobles. Cette jeune maîtresse avait d'ailleurs fondé son mouvement alors que les forces du Syndicat perdaient en puissance, après plusieurs revers infligés tant par l'Alliance que par les Réprouvés. Son but affiché était de permettre l'établissement d'un royaume humain stable et viable au Nord du Mur de Thoradin, afin d'accueillir les nombreux réfugiés humains qui subsistaient encore dans la région et peinaient à survivre. Bien entendu, les Réprouvés faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher cela d'arriver. La jeune femme s'installa dans la cuisine où trônait une table en bois massif entourée de quelques chaises pour la plupart cassées. Seul le feu de la cheminée éclairait la pièce que personne n'avait pris la peine de nettoyer depuis des années.

« Asseyez-vous, mon ami. J'espère que vous apportez de bonne nouvelles de Hurlevent. »

Le vieux chevalier prit également place en face de la jeune femme. Elle ne devait pas avoir plus de 25 ans, jaugea-t-il. Et pourtant, elle menait un combat désespéré pour la survie des siens dans la plus hostile des régions de l'ancien monde.

« J'aurais aimé en apporter de meilleures. La royauté refuse de s'impliquer au Nord du viaduc depuis la défaite d'Andorhal. De plus, la cour raconte que l'attention du roi est toute entière portée sur la Pandarie, où son fils, le Prince Anduin, a décidé de prolonger son séjour. L'évêque Farthing a lui accepté de me donner audience, mais à part donner des bénédictions à qui le demande et à refuser toute entrevue avec l'archevêque Benedictus, on ne peut pas dire qu'il soit d'une grande aide. »

L'homme guettait la réaction de la jeune maîtresse. Elle portait sur ses épaules le destin de plus d'un millier d'âmes, réparties de la forêt des Pins-Argentés jusqu'aux Hinterlands. Il savait pertinemment que les siens avaient désespérément besoin d'aide. Il avait vu les guerriers sans énergie et les familles affamées qui déambulaient dans le camp, sans pourtant faiblir. Les uns continuaient à monter la garde pendant que les autres s'adonnaient au braconnage du rare gibier restant. Encore combien d'années pourrait durer cet exil ? Il avait répondu plusieurs fois à cette question, sous-estimant à chaque fois la capacité de résilience de ces survivants. Serina, elle, ne fit qu'hausser les épaules.

« La bénédiction de l'évêque est toujours bonne à prendre. Cela réconfortera les miens. »

Cohen voulu dire quelque chose, mais se ravisa.

« Vous avez fait de votre mieux, Cohen. Quel chemin allez-vous emprunter maintenant ? »

Il se leva péniblement et fixa le sol.

« Je vais me rendre à Âtreval. Peut-être que la Croisade d'Argent acceptera de vous envoyer des vivres. Il y a encore matière à espérer une réaction positive de nos alliés. »

Des cordes avaient commencé à tomber sur le camp. Dehors, on pouvait entendre les surveillants ordonner aux réfugiés de se rassembler dans les ruines de la grange. Un très jeune garçon avait fini étouffé dans sa tente inondée la semaine dernière. La jeune femme fixa Cohen dans les yeux. Cet homme avait tout vécu. Les démons, le fléau mort-vivant, la campagne en Norfendre puis l'heure du crépuscule. Son armure de plaque, ornée des insignes de l'Alliance en remerciement de ses innombrables combats contre la Horde, témoignait de cette expérience. Surtout, son immense espadon, dont la lame était deux fois plus large que les autres épées du même type, portait les stigmates de batailles passées, et possédait même un nom, selon les rumeurs. Ce héros n'avait pourtant pas été capable de convaincre les politiques de Hurlevent d'apporter une aide à leurs compatriotes de Lordaeron qu'ils savaient pourtant dans une situation désespérée. Elle se mit à sourire.

« Vous savez bien que Fordring ne mettra pas en péril la neutralité de son organisation pour quelques pauvres réfugiés en royaume Réprouvé. Il ne fait qu'attendre dans sa forteresse que Sylvanas vienne lui réclamer Âtreval. Il ne vous sera d'aucune aide. »

Elle marqua une pause et s'avança vers le guerrier.

« Nous allons bientôt nous déplacer plus à l'Est. La situation devient intenable ici et mes éclaireurs ont noté une activité réprouvée intense du côté du Moulin-de-Tarren. Je ne veux pas me laisser enfermer ici au bord du Lac Lordamere. Vous pouvez rester jusqu'à ce que le temps vous permette de partir. »

Elle se dirigea vers l'extérieur avant de se retourner.

« Ce n'est pas votre combat, Cohen, vous n'êtes pas des nôtres. Retournez à Hurlevent et prenez votre retraite. Vous ne pouvez rien changer à la situation. »

Elle finit par disparaître sous les cordes qui continuaient à inonder le camp. Il avait du mal à l'admettre, mais elle avait raison sur tous les points. Ni Fordring, ni l'Alliance ne viendraient aider ce peuple exilé. Un noble d'Hurlevent le lui avait bien expliqué : personne ne voulait prendre le risque de donner aux réprouvés une excuse pour foncer à l'Est et terminer d'isoler les Royaumes de l'Est de Khaz Modan et d'Azeroth. Seul le refuge de l'Ornière permettait encore des voyages relativement sûrs jusque dans les Hinterlands et les Maleterres nouvellement purifiées pour l'Alliance. Sylvanas ne se retenait d'attaquer que parce que l'Alliance tournerait alors toute son attention sur le Nord de Lordaeron. En revanche, si on lui fournissait un prétexte suffisamment crédible, son armée saisirait l'opportunité et écraserait la résistance restante. Cohen s'effondra sur l'une des chaises et entreprit de se délester de son armure pour dormir quelques heures, avant de reprendre son voyage. Il irait de toute manière à Âtreval. Il se devait de convaincre Fordring au nom de la survie de l'humanité. Ces rêves ne cessaient de revenir dernièrement. D'abord Lordaeron, puis Khaz Modan, et enfin Hurlevent, qui tomberaient sous le joug d'une Sylvanas devenue une alter-ego du Roi-Liche. La nouvelle du pouvoir des Val'Kyr avait filtré jusqu'à la forêt d'Elwynn après la défaite d'Andorhal. Ces créatures impies avaient rejoint la Reine-Banshee et pouvaient ressusciter les morts non pas temporairement comme le faisaient la plupart des nécromanciens mortel, mais définitivement, avec le même pouvoir octroyé par Ner'Zhul à Arthas. Il le sentait au plus profond de lui-même, il fallait arrêter Sylvanas, et reléguer les réprouvés au second rang des nations des Royaumes de l'Est, comme parasites de l'ancienne capitale de Lordaeron.

« Ah, j'étais bien sûr d'avoir reconnu ta Berthe, Cohen »

Dans l'encablure de la porte était apparu, trempé, un homme d'une trentaine d'année, aux cheveux et à la barbe brune emmêlée. Son nom était Jason, et Cohen avait déjà eu l'opportunité de discuter quelque fois avec lui. Il tenait à sa main droite un arc long, de ceux qui étaient utilisés en Arathi à l'époque des guerres trolles, et à sa main gauche un sac dont on devinait à l'odeur qu'il contenait du gibier. Sa réputation d'archer n'était plus à faire. Il avait même entendu un jour un badaud du camp raconter qu'il avait tué un nécrogarde à 1500 pieds de distance d'un tir instinctif. La plupart des archers utilisant cette arme ne pouvaient généralement prétendre à toucher une cible à plus de 950 pieds. Mais personne d'autre n'avait témoigné en faveur de cette histoire.

« Jason, c'est un plaisir de te voir, mon ami, comment vas-tu ? »

L'archer s'assit près du feu en faisant de son mieux pour essorer ses vêtements.

« Moi-même plutôt bien, avant que cette damnée pluie ne nous tombe dessus, je suis parvenu à abattre un ours avec deux autres camarades. Nous avons traqué la bête deux jours durant. Un bel animal pour la région, au moins 2 ans. Il fera un festin de choix. Cela n'a pas été facile, il ne sortait que de nuit et a bien failli nous débusquer plusieurs fois. Enfin, qu'est-ce qui t'amènes par ici, mon frère ? »

Le vieux guerrier soupira.

« J'avais l'intention de requérir l'aide d'Hurlevent pour ravitailler votre bivouac. Aide qui m'a été refusée, hélas. Ces politiciens sont plus effrayés par Sylvanas que par la perspective de voir toute présence humaine éradiquée au Nord de Lordaeron. »

L'archer haussa les épaules.

« Rien d'étonnant dans leur comportement. Ils n'ont rien fait pour nous non plus lorsque le fléau nous a frappés. J'ai cependant entendu Serina dire que les nains pourraient fournir une certaine aide. »

Cohen afficha sa surprise. Les nains étaient depuis le Cataclysme empêtrés dans des luttes politiques intestines qui avaient complètement paralysé leurs opérations militaires au Nord du Viaduc de Thandol. Même leur effort de guerre en Pandarie était très limité. Il aurait été étonnant qu'ils décident soudainement de porter leur attention sur Lordaeron. De plus, il ne pouvait pas s'empêcher de voir d'un mauvais oeil cet interventionnisme étranger sur des terres humaines. Il ne voulait pas libérer les Royaumes de l'Est pour la voir peuplée de Nains ou d'Elfes. Il reconnaissait cependant ces alliés et rendait hommage à leur dévouement à l'Alliance... quand ils n'étaient pas embourbés dans une crise politique. L'archer continua.

« Elle a un plan, Cohen, qui pourrait fonctionner si nous parvenons à établir auparavant une base d'opérations. Elle veut prendre Alterac. »
Les yeux pétillants d'excitation de Jason n'avait pas échappé à Cohen, et il s'en désolait. Il se doutait que Serina voyait Alterac comme une proie facile qui serait par ailleurs facile à défendre avec peu d'hommes, mais de nombreux obstacles se posaient sur ce raisonnement. Les ogres cassecrêtes, bien que sans chef connu depuis la décapitation de Mug'Thol, continuaient de rôder dans les ruines de l'ancien royaume. Pire, le donjon était à moins d'une journée de marche du plus gros bastion réprouvé au Sud du Lac Lordamere, Moulin-de-Tarren. Enfin, s'emparer de la région rendrait immédiatement visible sur l'échiquier géopolitique les survivants de Lordaeron, qui perdraient ainsi l'invisibilité relative que leur procurait leur nomadisme. Il ne pouvait s'empêcher de penser que ce plan était le fruit du désespoir de Serina à donner espoir à ses hommes de retrouver un jour une patrie. Une sorte de suicide glorieux.

« J'imagine bien ce que tu penses de ce plan, Cohen, tu as toujours été un pessimiste, en plus d'avoir trop vu la guerre pour en voir les effets bénéfiques mais... »

« Mais je sais que cela risque de vous conduire à la ruine et à la mort, tous autant que vous êtes. »

Cohen se leva et se dirigea vers l'escalier pour monter à l'étage, son paquetage dans les bras, pour profiter d'une des rares chambres en état d'être utilisées. Sans se retourner, il reprit.

« Peut-être n'y-a-t-il plus d'espoir après tout. Cela ne m'empêchera pas d'essayer de trouver une voie pour restaurer la suprématie humaine sur Lordaeron. Un jour. »

Jason n'essaya pas de le retenir et repartir à l'extérieur, la mine sombre.

Cohen pénétra dans la chambre au fond du couloir du premier étage. Une famille avec un bébé en bas âge s'y trouvait déjà. Ils l'observèrent sans rien dire à son entrée puis retournèrent à leurs occupations. Le vieux soldat déposa son paquetage au sol et entreprit de dormir sur sa cape déroulée. Ce n'est que parce qu'il souhaitait consulter son journal de voyage qu'il remarqua dans son sac une lueur. Un cristal arcanique y luisait de toutes ses forces. Un cristal qui lui fut donné il y a de nombreuses années par un très vieil ami.
Hargan regardait avec satisfaction les péons déposer les dernières caisses de ravitaillement sur la plage. Ce voyage à bord de la Gloire de Varimathras avait été moins déplaisant que prévu. Il ne pouvait d'ailleurs pas s'empêcher de regretter la décision de l'état-major réprouvé de débaptiser le navire sitôt revenu sur les côtes de Tirisfal. Ce vaisseau avait servi avec honneur la Horde pendant la campagne de Norfendre, faisant partie des premiers à débarquer les hommes de la Dame Noire sur les rivages du Fjord Hurlant, puis participant à de nombreux combats contre les forces du Roi-Liche, et même contre l'Alliance ces dernières années, sans parler du conflit face à Aile-de-Mort. Maintenant qu'il revenait enfin à sa patrie, on le remerciait en le rebaptisant. Il ne pouvait s'empêcher de penser que cela ne lui porterait pas bonheur, malgré toute la rancune que chaque orc entretenait envers Varimathras et son comparse Putrescin, responsables du massacre de valeureux soldats de la Horde au Portail du Courroux. Mais lui, capitaine dans les troupes de Garrosh Hurlenfer en Norfendre, ne pouvait rien changer à cela. Il avait d'ailleurs du pain sur la planche, et espérait que son peloton pourrait se mettre en route vers Fossoyeuse au plus tôt. Une orc habillée d'une côte de mailles parfaitement ajustée s'approcha de lui.

« Capitaine, les péons ont terminé de décharger notre ravitaillement et ont tout chargé sur le chariot. Les grunts sont prêts également. Nous pouvons partir quand vous le souhaitez. »

Hargan la dévisagea. Elle était encore très jeune, pour une enrôlée dans l'armée régulière, comme en témoignait ses traits presque enfantins. Pourtant, elle s'était montré de loin la plus maline des soldats sous ses ordres dans les semaines qui précédèrent leur départ du Norfendre. C'est pourquoi il n'avait pas hésité une seconde à la nommer Adjoint quand Varok Saurcroc lui ordonna de partir avec une trentaine d'hommes pour Lordaeron. Il n'était pas non plus insensible à ses charmes de jeunette, mais il devait de toute façon admettre que le reste de ses hommes ne voyait pas plus loin que le bout pointu de leur hache, malgré leurs qualités évidentes de guerriers.

« Bon travail Grima, tenez-vous prêts au départ, nous n'allons pas tarder. »

La jeune orc s'apprêtait à repartir vers le reste des hommes quand elle se retourna et l'interpella.

« Capitaine ! Les hommes sont perplexes quant aux raisons de notre présence ici. La plupart d'entre eux s'attendaient à ce que nous soyons affectés à la Pandarie, où les combats font rage. Que se passe-t-il ? »

L'orc bardé de plaques de fer lui décocha un sourire carnassier.

« Les hommes feront ce qu'on leur dit, Grima, quant à toi, tu ferais mieux de poser moins de questions. Nous en saurons plus une fois arrivés à Fossoyeuse. »

Grima lui lança un regard noir et repartir vers le chariot en baissant la tête. La curiosité de la jeunesse était quelque chose qu'Hargan appréciait, même s'il n'était pas si vieux que cela. Il ne doutait pas un instant que cette Grima ferait un jour un officier de choix dans les troupes de la Horde. Même ces guerriers aguerris qui avaient vécu la campagne du Norfendre pour la plupart lui obéissaient sans poser de question. Elle avait décidemment de l'avenir... si tant est qu'elle apprenait à tenir sa place et à obéir aux ordres.

Il regarda vers la forêt qui surplombait la plage où ils avaient débarqués. C'était la première fois qu'il posait le pied en Lordaeron depuis l'exil imposé par Thrall, et à l'époque il venait de sortir de l'enfance. Tout le monde avait entendu parler des massacres qui avaient eu lieu ici, et de la peste. Mais il n'était pas orc à se laisser intimider. Cette terre lui donnait toutefois un sentiment étrange, qu'il n'avait expérimenté ni en Norfendre, ni en Kalimdor. Il se leva du rocher sur lequel il patientait et marcha en direction de la plage.

La Gloire de Varimathras était toujours là, au large, tandis que l'équipage qui les avait accompagné jusqu'au rivage était sur le chemin de retour avec les canots. Ce sentiment, c'était peut-être tout simplement celui qui accompagne la clôture d'un chapitre de sa vie, soit cinq années de lutte sur un continent gelé. Il avait désormais vu passer trente hivers, et ne s'était même pas dégoté une femme. Peut-être après cette mission pourrait-il rentrer à Orgrimmar, fonder une famille, vivre en paix. Il lança un coup d'oeil discret à la jeune Grima, puis sourit de sa propre naïveté. Il avait d'abord un dernier travail à terminer.

« Capitaine. »

Hargan sortit de ses pensées et tourna son regard vers l'orc qui venait de se présenter devant lui. C'était Karg, l'un de ses vétérans, arrivé en même temps que lui en Norfendre, et sensiblement du même âge. Il leur arrivait de jouer aux dés ensemble, mais Karg était un orc taciturne dont la compagnie devenait rapidement lassante. Du peu qu'il savait de lui, la seule chose qui éveillait véritablement sa passion était le combat. Mais il n'y avait rien d'étonnant là-dedans, c'était un orc après tout. Hargan ne pouvait cependant s'empêcher de se demander ce que feraient les orcs comme Karg lorsque la guerre serait terminée. Les rares fois où il avait essayé de le lancer sur le sujet des femmes, le vétéran se contentait d'un rire poli et polissait sa hache. Au moins Garrosh Hurlenfer s'avérait-il le chef de guerre parfait pour contenter ce type d'individu.


« Quoi Karg ? »

« Des réprouvés viennent d'arriver, ils demandent à te voir. »

Distrait par ses pensées, il n'avait même pas remarqué que quatre réprouvés avaient pénétré sur la plage et conversaient avec Grima, cette dernière lui lançant des regards insistants pour qu'il vienne la sortir de là. Trois d'entre eux semblaient être des gardes normaux, mais l'un d'eux, qui autrefois était sans doute une femme, avait des allures d'officiel. Maugréant des jurons sur sa distraction, il attrapa sa hache et se dirigea vers eux. Il se planta entre Grima et la femme réprouvée en la fusillant du regard.

« Je suis le chef de ce peloton. Que voulez-vous ? »

La réprouvée était recouverte d'une épaisse robe noire en laine, et portait un tabard affichant les armes de la Dame Noire. Elle tenait à la main un bâton tordu. Il s'agissait sans doute d'une de ces prêtresses de l'Ombre qui pullulaient parmi les réprouvés. Son visage était totalement masqué, tout comme ceux des membres de son escorte. Il devait au moins leur reconnaître cette pudeur.

« Je suis la prêtresse de l'Ombre Sywiel, représentante de l'autorité de la Dame Noire dans cette partie des clairières de Tirisfal. Nous avons remarqué votre débarquement sur cette plage qui n'était absolument pas consigné dans nos livres. Quels sont vos ordres et pourquoi êtes-vous ici ? »

S'il y avait bien quelque chose que Hargan haïssait à propos des réprouvés, et des morts vivants en général, c'était leur voix, agressive et gutturale comme celle des orcs, mais ô combien moins humaine. Leur propension à vouloir partager leur haleine fétide ne leur faisait guère gagner de points non plus.

« Mon nom est Hargan, je suis ici au nom du Seigneur Varok Saurcroc de la Horde. Il m'a ordonné à moi et à mon peloton de me diriger vers Fossoyeuse pour y attendre de nouveaux ordres. »

Hargan savait pertinemment que ces sous-fifres ne pourraient pas lui interdire le passage jusqu'à Fossoyeuse, puisque la capitale était ouverte aux membres de la Horde. Ce n'était pas le cas du reste des clairières de Tirisfal, qui restait interdit aux étrangers. Sans doute la prêtresse aurait-elle été heureuse de faire du zèle et de montrer à sa Dame Noire comment elle avait empêché un camp d'orcs de s'établir au milieu de son domaine. Il crut d'ailleurs remarquer une once de déception dans les yeux laiteux de la non-vivante.

« Je vois. Nous allons vous faire escorter jusqu'à la capitale dans ce cas. Nous sommes heureux d'accueillir les fiers orcs dans notre patrie. Zalek ! »

L'un des gardes réprouvé s'avança.

« Veuillez guider ces orcs jusqu'à la capitale. Le voyage ne devrait pas durer plus de quelques heures. »

Zalek salua sa maîtresse, la main droite là où se trouvait auparavant un coeur battant. Hargan regarda le reste des réprouvés s'éloigner pendant que son guide le dévisageait d'une manière qui le mettait fort mal à l'aise.

« Bon, eh bien je suppose qu'un guide jusqu'à ta capitale ne nous fera pas mal, Zalek. »

Il fit signe au chariot et aux grunts postés aux alentours de se rassembler pour quitter la plage. Zalek prit la tête, tandis que le convoi suivait juste derrière. Hargan en profita pour amorcer la conversation avec le nécrogarde.

« Alors l'ami, il y a eu de l'action dernièrement dans les clairières de Tirisfal ? J'ai entendu dire que vous aviez été plutôt passifs depuis deux ans et la fin de l'invasion de Gilnéas. »

Zalek se contenta de lui retourner un regard vide, et Hargan comprit que visiblement ce n'était pas aujourd'hui qu'il deviendrait camarade avec un réprouvé. La marche continua au rythme du son des roues du chariot qui cognaient contre les nombreux rochers parsemant la piste. La forêt était de plus en plus dense au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient de la plage, plus étouffante aussi, mais l'atmosphère restaient détendues grâce aux péons qui, traînant le chariot, chantonnaient de vieux airs de Kalimdor.

« Toi qui vis dans les Tarides,
Ne sois pas trop candide,
Prend garde au scorpide,
Ou bien tu finiras livide.

Toi qui vis dans Orneval,
Ton instinct animal,
Tout comme ton métal
Face aux elfes te sera vital.

... »

Le bruit lourd du bois qui s'écrase contre le sol résonna. Les péons s'étaient interrompus avant le dernier paragraphe. Comme si le silence était devenu tout d'un coup insupportable, Hargan se retourna pour en découvrir la raison. Les péons avaient lâché les harnais du chariot et, transis d'horreur, fixaient les arbres à leur droite. Peu à peu, Hargan et le reste des grunts se tournèrent à leur tour et tous furent saisis d'effroi. Une dizaine de réprouvés avaient été cloués comme des chiens aux arbres, certains décapités. Il n'y avait pas de sang, puisque ce genre de fluide n'existait pas chez les non-morts, mais cela ne rendait pas la scène moins horrifiante. Tel un théâtre des abominations, chaque réprouvé avait été minutieusement lacéré voire découpé puis crucifié aux pins de la forêt. Un tel carnage... Hargan n'en avait vu de semblables que chez les nécromanciens du fléau, qui considéraient la chair comme un matériau qu'il fallait façonner. Mais ici, il ne s'agissait pas de créer une nouvelle abomination. C'était un avertissement. Derrière lui, Hargan pouvait sentir la fureur de Zalek.

« Qui... qui a bien pu faire une chose pareille ? »

La voix de Grima n'avait plus ce ton si impertinent auquel Hargan était désormais habitué. La scène était complètement surréaliste. Il put néanmoins remarquer le tabard de Fossoyeuse sur plusieurs de ces hommes. Cela ressemblait fort à une vendetta. Mais l'instinct l'empêcha de réfléchir trop longuement et lui fit saisir sa hache, qui sans qu'il s'en aperçoive dévia une flèche qui visait sa nuque.

« Nous sommes attaqués ! »

Il était bien tard pour faire ce genre de remarque, puisque la personne qui venait de la faire était désormais criblée de flèches à son tour. Un à un, ses grunts tombaient, sans même avoir pu identifier la provenance des flèches. Seule Grima avait eu la présence d'esprit de s'abriter derrière le chariot, mais la pluie de projectiles continuait, et ce refuge n'était que provisoire. Hargan avait survécu aux horreurs du fléau, au cataclysme, et à l'Alliance en Norfendre. Il ne comptait pas mourir au milieu des Clairières de Tirisfal des mains d'un ennemi inconnu qui ne se battait pas à la loyale. Il se précipita vers le chariot où se trouvait déjà Grima et l'entraîna avec lui. Son seul espoir était de courir vers les profondeurs de la forêt, là où l'obscurité lancinante les protègerait. Il prit sa plus grande inspiration et cria de toutes ses forces.

« DISPERSION, MES FRERES ! »

C'était futile, il le savait. L'embuscade était bien préparée. La plupart de ses hommes mourraient sûrement, des mains des sentinelles qui ne manqueraient pas d'être cachées, à l'affut des fuyards. Mais il ne faisait pas cela pour sauver ses hommes. Il le faisait parce que cela lui donnait de plus grande chance de survivre lui-même. En voulant continuer sa course, il remarqua la main décharnée qui lui saisissait le talon. C'était Zalek. Il avait été transpercé de toute part, mais la fureur continuait de le maintenir en vie.

« C'est de votre faute, orc... C'est de votre faute. »

Les ongles puants du réprouvé s'enfoncèrent dans la cheville d'Hargan, qui trancha le bras du réprouvé pour lui faire lâcher prise. Il s'enfonça alors dans la forêt, sachant bien ce qui l'attendait. C'est alors qu'il le vit. Il portait une masse d'arme et un pavois. Dépassant de son épaule gauche, la crosse d'une arbalète était clairement visible. Hormis sa côte de maille, l'humain n'était habillé que de guenilles. Sa barbe et ses cheveux n'avaient plus été entretenus depuis des années. Une écharpe blanche décorée de motifs rouges dénotait cependant avec la pauvreté du reste de son accoutrement. Mais Hargan n'avait que faire de ce genre de détail, il lui fallait survivre, et c'est ce qu'il choisit de faire en laissant tomber Grima, inconsciente, et en chargeant l'arbalétrier.

Ses mouvements étaient lents, il n'avait sans doute pas mangé depuis plusieurs jours. Son regard était transi de fureur tandis qu'il hurlait pour se donner du courage. Hargan appréciait la combativité des humains. Au moins, ils exprimaient des émotions. Mais il ne mourrait pas aujourd'hui de leurs mains. Lorsqu'il finit son mouvement descendant, le torse de l'humain était barré d'une large blessure. Ce dernier soupira un dernier râle et s'effondra à terre. L'orc se releva, haletant et ramassa Grima. Même dans sa précipitation, il savait qu'elle était inconsciente, et ne pouvait pas s'empêcher de se demander si elle était blessée. Mais derrière lui, il entendait d'autres hommes d'armes se diriger vers eux. Il prit la fuite pour s'enfoncer encore plus loin dans la forêt. Il ferma les yeux.

Lorsqu'il les rouvrit, il était adossé à un arbre. Grima était à terre, la tête reposant sur sa cuisse droite. Sa cuisse gauche, elle, était transpercée d'un carreau d'arbalète. Il leva les yeux, et distingua une forme dans la nuit. La forme le regardait de ses yeux brillants. « Encore un réprouvé, j'en ai soupé des réprouvés », pensa Hargan. Puis il remarqua la lame sur laquelle étaient gravées les runes sinistres des chevaliers de la mort. Il se demandait s'il n'était pas en train de faire un mauvais cauchemar.
La puanteur de Fossoyeuse était toujours aussi insupportable, et encore pire dans les quartiers secrets des nécrotraqueurs, situés sous le laboratoire royal des apothicaires. A ses dépends, Aleric Hawkins apprit après son retour dans la non-mort que son odorat avait survécu. Lui qui était un homme de goût, distingué de son vivant, subissait désormais quotidiennement les relents de la décomposition de ses congénères. Congénères qui, non contents d'exhiber le fumet de leurs chairs altérées, n'étaient même pas capables de faire preuve d'un minimum de bon goût en masquant les parties de leur corps les plus abîmées. De plus, son prédécesseur Varimathras n'avait semble-t-il que faire d'obtenir des quartiers convenables pour son organisation. La cave humide dans laquelle se trouvait son bureau était exigüe au possible, avec un plafond assez bas pour rendre claustrophobe un cafard. Les murs étaient couverts d'une moisissure abominable et le sol presque en permanence inondé jusqu'aux chevilles de l'eau la plus crasse. Les hommes disaient qu'il fallait rester discret et que ce repaire était donc idéal, mais même les plus expérimentés affichaient une mine déconfite lorsque d'immondes rats mutés remontaient des profondeurs pour rôder dans les quartiers. Le chef des nécrotraqueurs soupira. Travailler dans ces conditions nécessitait une abnégation sans borne. Il remua une gamelle posée sur son bureau d'où se dégageait une odeur de rose.

« Seigneur Hawkins. »

Kilian était un bon nécrotraqueur, compétent, respectueux de l'autorité, et bien entendu discret, qualité maître pour faire carrière dans ce corps des armées de Sylvanas. Et l'usage du titre qu'Aleric portait de son vivant par ce subordonné n'était pas non plus pour lui déplaire. Il leva les yeux. Pas une once d'émotion ne laissait transparaître quelle information allait donner cet espion talentueux. Il ne faisait que se tenir droit, attendant l'autorisation de son maître de parler. Aleric se surprit à esquisser un sourire de satisfaction. Ce petit lui rappelait de belles années.

« Qu'y a-t-il, Kilian ? »

« Nous avons reçu des nouvelles du mur de Thoradin. Il semblerait que le groupe de réfugiés humains que nous traquons depuis plusieurs semaines ait quitté le Clos de Dandred. D'après les éclaireurs, ils se dirigeraient vers Alterac. »

Hawkins leva les yeux au plafond, cette bande d'humains qui persistait à errer sur les terres de la Dame Noire depuis l'avènement du fléau ne faiblirait donc jamais. D'après l'expérience du passé, ils étaient totalement inoffensifs, évitant les bivouacs et camps réprouvés et ne blessant les agents de Fossoyeuse que pour se défendre d'une extermination certaine. Mais il restait que leur présence constituait un camouflet pour Sylvanas. Si un jour l'Alliance décidait de mettre sa puissance au service de l'ancienne Lordaeron, ces réfugiés deviendraient le fer de lance d'une résistance intérieure qui attaquerait sans relâche les voies de ravitaillement indispensables à une victoire éventuelle dans une guerre ouverte avec Khaz Modan et Hurlevent. Pourtant, cette traque répugnait Aleric. Ces humains avaient habité Lordaeron autrefois, sans doute combattu pour elle. Désormais, ils n'étaient que du gibier à réprouvé.

« D'après vous, Kilian, qu'y-a-t-il pour eux là-bas qui vaille le voyage ? »

Le nécrotraqueur était vêtu de l'habit traditionnel de son ordre que l'on pouvait résumer à une couleur : le noir. A son flanc était accrochée une sacoche à documents ornée d'un lion, sans doute volée à un soldat de l'alliance. Il en sortit un document qu'il étala sur le bureau de son supérieur. Il s'agissait d'une carte détaillée de l'ancien Royaume d'Alterac, qui devait bien dater d'avant la première guerre. On y distinguait encore bien, malgré son âge, les différentes parties de ces sommets enneigés. Kilian prit la parole.

« Ici, ce sont les vallées qui font déjà l'enjeu de combats entre le clan orc des Loups de Givres et les restes de l'expédition Foudrepique depuis plusieurs années. Rien qui puisse les intéresser. Elles sont pauvres en ressources naturelles et les orcs les défendent farouchement. Ils ne se jetteront pas dans la gueule de Drek'Thar. »

Aleric acquiesça, cette partie de l'ancien Royaume étant terriblement hostile et sans intérêt. Même les nains le reconnaissaient volontiers : ils n'avaient d'intérêts dans cette vallée que pour l'archéologie.

« A l'Ouest en revanche, les ruines d'Alterac tiennent toujours debout. Les ogres qui s'en étaient emparés depuis l'arrivée du fléau ne sont plus qu'une poignée, sans chef et désorganisés. Les fortifications peuvent être reconstruites, les champs ressemés. Mon avis est qu'ils ont l'intention de s'emparer d'une partie de l'ancienne capitale par les armes et de s'y établir pour un longue période. »

Hawkins songea aux implications de l'apparition d'un tel bastion de l'humanité en plein milieu des Royaumes de l'Est. Alterac, même à son apogée avant la 2ème guerre, avait toujours été faible. Peu de terres, des montagnes stériles, une armée peu expérimentée. Et ce royaume-là avait perduré entouré d'alliés. Il était difficile d'imaginer qu'une place forte durable puisse être établie avec toute la puissance réprouvée martelant l'ensemble. Ces humains devaient être désespérés pour en arriver à une telle extrémité. Ils ne feront tout compte fait qu'allumer un feu de signal pour Fossoyeuse indiquant qu'ils étaient prêts à être exterminés. Il soupira encore une fois.

La possibilité que l'Alliance les soutienne changeait cependant la donne. La présence d'un tel bastion aimantant les forces réprouvées pendant plusieurs semaines donnerait une opportunité en or à Khaz Modan pour lancer une invasion massive sur le mur de Thoradin. Mais rien n'indiquait qu'un tel soutien existait pour le moment. Ses espions au viaduc de Thandol ne voyaient guère de voyageurs et encore moins de convois prendre la route de l'Ouest.

« Je vois Kilian, encore une chose. »

Le nécrotraqueur se raidit.

« Où en est le rapatriement de nos troupes spéciales depuis la Pandarie ? »

« Conformément à nos estimations, ils arriveront dans une semaine. Comme vous l'avez demandé, nos trois bataillons Vengeance, Cavalier et Banshee sont réquisitionnés. Un peu plus de 500 hommes expérimentés. Le général Van Halen m'a par ailleurs indiqué que pour ce type d'opération, la nomination d'un commandant suprême serait bénéfique à une meilleure coordination des troupes. »

« Je vais y réfléchir. Merci Kilian. »

« Encore une chose, Seigneur. »

Hawkins lui fit signe de parler.

« Un incident s'est produit dans la forêt de Tirisfal. Une patrouille de nécrogardes rattachés à la région militaire Nord est portée disparue, tout comme un escorteur de la Prêtresse Sywiel, qui dirige civilement la zone des Moulins d'Agamand. »

« Les recherches n'ont rien donné ? »

« La forêt est vaste Seigneur, mais il y a autre chose. La Prêtresse Sywiel nous a rapporté qu'une bande d'orcs a débarqué sur les rivages du Nord avec pour objectif de rallier Fossoyeuse. L'escorteur qui a disparu était justement supposé les mener jusqu'à la capitale. Bien entendu, aucun peloton orc ne s'est présenté aux portes ces derniers jours. »

Hawkins se leva et commença à marcher dans la pièce, les yeux fixés au sol. Ses doigts décharnaient claquaient en s'entrechoquant. Il soupira.

« J'avais pourtant prévenu la Reine que Garrosh ne lui faisait pas confiance. »

« Que voulez-vous dire, Seigneur ? »

« Les orcs sont sans aucun doute envoyés par Garrosh pour préparer le terrain à une expédition de plus grande envergure sur les clairières de Tirisfal. »

« Vous insinuez que... »

« Oui, Garrosh cherche à déposer Sylvanas. »

Pour la première depuis qu'il le connaissait, Aleric vit Kilian afficher ouvertement une mine sceptique.

« Je vois, mais ne sont-ce pas nos alliés ? De plus, Garrosh est sans doute trop occupé à combattre l'Alliance en Pandarie pour se soucier de politique réprouvée. »

Hawkins ricana.

« Vous ne connaissez pas Garrosh Hurlenfer, Kilian. Cet orc est plus enragé que son père et bien moins naïf que Thrall. Il estime, sans doute à juste titre, que la Dame Noire est une menace pour lui. Il a vu le pouvoir des Val'kyr. Il sait lire une carte et comprend que notre maîtresse s'apprête à diriger seule plus d'un quart du monde connu. Il ne compte pas la laisser faire. »

Kilian croisa les bras.

« Seigneur, je demande la permission de parler franchement. »

Aleric hésita une seconde avant d'approuver de la tête.

« Je pense que votre piste est fausse et à la limite du paranoïaque. Certains réfugiés humains sont encore présents à Tirisfal. Peut-être se sont-ils radicalisés et ont suivi la voie de la Croisade, puis tendu une embuscade à nos troupes. Les orcs ne seraient alors qu'un dommage collatéral. »

« Quant à la raison de la présence de ces orcs, il ne s'agissait que d'un peloton d'après la prêtresse de l'ombre. Pas de quoi préparer une invasion massive. Et même s'il est rare de croiser leurs congénères dans nos contrées ces temps-ci, Fossoyeuse reste ouverte aux membres de la Horde. Peut-être même ne faisaient-ils que voyager vers les Maleterres de l'Est, où le fléau continue de résister par endroits. »

Hawkins marcha lentement vers le nécrotraqueur. Toujours droit, toujours fier, toujours respectueux de sa hiérarchie, mais également attaché à son peuple. Ce Kilian méritait décidemment bien des éloges.

« Vous avez peut-être raison sur un détail Kilian, et sur ce fait en particulier. Vous ne semblez pas manquer de conviction à son sujet et je vous en félicite. Mais vous oubliez une chose fondamentale. »

Le nécrotraqueur tressailli.

« Notre rôle n'est pas de de nous attacher à résoudre les problèmes du passé et du présent. Ces gardes sont morts, et c'est désormais aux militaires de s'employer à retrouver leurs meurtriers. Nous avons un travail bien plus important pour la Dame Noire : prévoir. »

Hawkins s'approcha de son interlocuteur. Même ce bon élément empestait la pourriture. Il n'avait qu'une seule envie : le congédier. Mais il fallait qu'il comprenne.

« La Reine-Banshee est à la croisée des chemins. Elle hésite entre son allégeance à la Horde et à la domination complète des Royaumes de l'Est. Si elle souhaite parvenir à l'un ou à l'autre, elle doit choisir, car Garrosh ne tolèrera pas que quiconque lui fasse de l'Ombre, et surtout pas une revenante d'outre-tombe. »

« Bien entendu, les humains sont peut-être responsables de ces exactions. Je vous réponds : et alors ? Sur le long terme, ils ne sont qu'une nuisance minime, aisément contrôlable si l'on s'en donne les moyens. La Horde des Orcs, elle, n'est pas contrôlable. »

Les pas d'Aleric s'étaient accélérés, il trottinait presque à travers la pièce, trépignant d'excitation.

« Ces Orcs ne sont pas dignes de confiance, et ils feront tout pour venir se mêler de nos affaires dès qu'ils en auront l'occasion. Nous avons déjà eu beaucoup de mal à faire partir leurs troupes Kor'krones de Fossoyeuse. Souhaitez-vous que cela recommence, Kilian ? »

Le regard méprisant des orcs de la garde rapprochée de Thrall avait surveillé les réprouvés pendant presque deux ans, après l'affaire du Portail du Courroux. Cela avait été une humiliation immense pour ce peuple qui avait tout juste commencé à accepter l'idée qu'il avait une place à tenir dans ce monde. Heureusement, les évènements en Pandarie les avaient finalement conduits à quitter la capitale.

« Humains, Nains, Elfes, Réprouvés, voici les peuples concernés par ce qui se passe en Lordaeron. Personne d'autres, et surtout pas les orcs. Vous vous rendrez compte bien assez vite, Kilian, que la Reine-Banshee commet une erreur en rapatriant ses troupes de Pandarie pour tenter de conquérir Arathi et le Viaduc de Thandol. Tout ce qu'elle va faire, c'est attirer les orcs sur notre territoire et les pousser à commettre un coup. »

Hawkins s'arrêta soudainement de parler. Il se figea, les yeux fixés sur Kilian. Ce dernier se redressa.

« Seigneur. Vous dirigez notre organisation. Vous êtes le plus expérimenté d'entre nous. Vous avez vécu votre lot de batailles et de trahisons. Vous savez que nous vous suivrons. Alors quels sont vos ordres ? »

Aleric resta un moment figé, puis se dirigea vers son bureau. Il s'assit doucement sur la lourde chaise en bois qui pourrissait allègrement à l'humidité des lieux.

« Nous devons prévoir, Kilian. Nous devons préserver notre peuple d'une nouvelle humiliation de la part de ces monstres à peau verte. Dites aux troupes de rester prêtes. Mes ordres arriveront bientôt. »

Les yeux dans le vide, il ne fit pas attention à Kilian qui s'inclina et sortit de la pièce. Depuis plusieurs minutes déjà, il jouait avec un bijou qu'il faisait tourner autour de ses doigts osseux. C'était un bijou en or, en forme de croix. Au croisement, le métal avait été fondu pour former un cercle sur lequel on pouvait graver l'ornement de son choix. Sur ce bibelot-ci, le symbole de Lordaeron avait été gravé. Il le rangea, et s'attela à regarder plus en détail la carte d'Alterac que lui avait laissé Kilian. Il se mit à murmurer.

« Oui... Ça pourrait marcher. »
Probablement le seul sanctuaire inviolé restant en Lordaeron. Voilà qui suffisait pour décrire la ville d'Atreval, dont l'histoire est étroitement liée à celle des morts-vivants. C'est ici que le Prince Arthas fit véritablement la connaissance du fléau, et de ses conséquences. Les cargaisons de blé venues d'Andorhal transformèrent ses habitants en monstres d'outre-tombe, tandis que le Prince héritier se démenait pour sauver la cité. Plus tard encore, la ville devint bastion de la Croisade écarlate, et de nos jours de la Croisade d'Argent, dirigée par son maitre légitime, Tirion Fordring. Les murs étaient solides, les forges et les écuries trépidantes d'activité. Un marché s'était établi devant le donjon et l'on pouvait y observer le spectacle visible nulle part ailleurs d'humains et d'orcs coexistant pacifiquement. Cohen cracha.

Cette pauvre Berthe en avait bavé, mais elle survivrait. Et pour la première fois depuis de nombreuses années, elle pouvait goûter l'herbe non corrompue du Nord de Lordaeron. Le travail des druides avait été fantastique, et Cohen devait bien l'admettre. Il avait entendu les histoires d'une terre brûlée et stérile dont on ne pouvait concevoir la guérison. Ici, pourtant, la vie renaissante balbutiait. Certes, de nombreux vieux arbres portaient encore les cicatrices béantes du bacille du fléau, mais au moins les arbrisseaux qui chaque jour croissaient davantage étaient épargnés de toute malformation. Les champs ressemés près d'Andorhal produisaient peu de denrées viables, mais les paysans s'avéraient optimistes pour l'avenir. L'air lui-même, que des anciens officiers de l'aube d'argent avaient décrit comme saturé de la vapeur des chaudrons de pestes du temps de Kel'Thuzad, était aujourd'hui respirable et presque agréable. Miraculeusement, des années plus tard, la vie reprenait donc ses droits sur les Maleterres.

Cohen acheta une orange auprès d'un paysan qui avait sans doute connu tant l'exil que le retour sur ses terres ancestrales, vu son âge avancé et son regard dur. Le prix était déraisonnable, mais qu'importe. Il fallait soutenir le repeuplement humain de ces contrées. Surtout que ce dernier n'était pas acquis. La défaite de l'Alliance guidée par Thassarian l'année précédente à Andorhal avait poussé les paysans humains du cru à se mettre sous la protection d'Âtreval. Mais les réprouvés conservaient de nombreuses troupes aux frontières et attaquaient régulièrement les fermes les plus vulnérables. Fordring n'agissait guère que pour calmer toute velléité de riposte, craignant par-dessus tout une invasion massive par les réprouvés de son domaine. Pendant ce temps, la Croisade d'Argent perdait de jour en jour de sa crédibilité, tandis que nombre de ses membres désertaient par manque d'un but clair. Ce n'était qu'une question d'années, voire de mois, avant qu'Âtreval ne soit assiégée et pillée par les forces de la Dame Noire. Tout le monde le savait, et personne ne semblait s'en soucier, tant l'issue apparaissait comme inéluctable.

Le chevalier pénétra dans l'auberge, toujours bardé de son armure. Le contraste avec la cohue à l'extérieur était saisissant. Seuls quelques clients buvaient seuls à leur table. L'un d'eux, un elfe de la nuit, s'était endormi sans même avoir touché sa pinte. Le temps de sourire de cette scène cocasse que la tenancière, une femme aussi large que vieille, s'était déjà plantée devant lui, à le dévisager.

« Vous n'êtes pas du coin, vous. »

Son regard était suspicieux, les commissures des lèvres pincées. Cohen avait suffisamment d'expérience pour savoir ce que ce comportement voulait dire.

« En effet, Ma Dame. Je ne suis ici que pour rendre visite à un vieil ami. »

« Je vois. »

Elle continua de le dévisager quelques instants, puis leva les yeux au ciel. Elle lui posa une main sur l'épaule.

« Bien, suivez-moi. »

Sous l'escalier qui menait aux chambres était dissimulée une porte qui semblait conduire à une annexe cachée du bâtiment. Après avoir traversé un garde-manger, un simple rideau dissimulait un salon privé. Cohen le rabattit sur le côté. Un vieil homme le regardait dans les yeux. L'hésitation se dissipa en moins d'une seconde.

« Heureux de te revoir, Cohen. Cela faisait longtemps, trop longtemps. »

Le chevalier s'assit. La pièce était minuscule, et n'aurait pu accueillir plus de trois ou quatre personne. L'essentiel de l'espace était occupé par une lourde table en bois et deux bancs sculptés à même la pierre. Une lampe accrochée au mur éclairait l'endroit et dégageait une odeur d'huile et de roche.

« Aldus, c'est un plaisir de te revoir mon frère. »

L'homme qui l'avait apostrophé ainsi affichait un sourire enjoué et une mine enthousiaste. Sa barbe blanche bien rasée et ses cheveux peignés lui donnaient l'air d'un aristocrate du Sud, son accoutrement pourpre incrusté de pierres précieuses la prestance d'un seigneur.

« Tu n'as plus rien à voir avec le mage itinérant que tu étais autrefois, on dirait. »

Aldus sourit, il épousseta son col.

« Ce n'est que pour la politique, tu te doutes que j'ai quelques projets et que les seigneurs de nos chères contrées ne jurent que par l'apparence. »

Tous deux se mirent à rire. Puis le mage dévisagea son ancien compagnon.

« Est-ce que tu comptes convaincre Tirion Fordring ? »

Cohen soupira.

« Il le faut, Aldus. Les réfugiés sont en train d'atteindre leur limite, je le sens. Leurs plans, qui devenaient de plus en plus audacieux, sont désormais presque suicidaires. »

La tenancière ouvrit le rideau, déposa deux cervoises sur la table, puis le referma. Elle fila aussitôt.

« Depuis combien de temps errent-ils dans cette misère, dix ans, douze ans ? La plupart des enfants n'ont jamais connu la douceur d'un foyer. Tous ces pères et mères qui aspiraient à faire grandir leur progéniture sur leur terre natale, dans l'espoir de la reconquérir un jour, ont perdu espoir depuis longtemps. Seule la détermination de certains chefs et surtout de cette Serina leur permettent de tenir. »

Cohen prit la pinte et en avala une goulée.

« Hurlevent refuse son aide, les nobles refusent leur argent, les nains n'arrivent même pas à décider de qui doit prélever l'impôt. Je n'en attends pas beaucoup plus de Fordring, mais je me dois d'essayer. »

Aldus n'avait cessé de fixer Cohen pendant son discours. Il n'avait pas touché à sa boisson.

« Je vois. Mais Cohen, pourquoi fais-tu tout cela ? Tu sais pertinemment que leur cause est vaine, n'est-ce pas ? »

Cohen ne faisait plus que regarder les rayures dans le bois de la table.

« J'ai essayé pourtant. Je m'étais installé dans la forêt d'Elwynn chez un ami, pas loin de la frontière avec les Carmines. C'était il y a quelques années, avant Aile-de-mort, tout ça. Chaque jour, on voyait des réfugiés débarquer. Tous provenaient de Lordaeron. Ils avaient voulu rester, résister. Mais alors que la furie de Sylvanas les balayait et que le fléau restait fort en ces terres, l'Alliance dépêchait une armée en Norfendre. »

Il cracha à terre.

« Je n'arrivais plus à me regarder dans une glace. J'ai décidé de prendre mes affaires et de filer au Nord pour apporter mon aide. Et moi l'ancien connétable, on me demande de jouer au diplomate. Pour quels résultats. »

Le chevalier releva le regard vers son vieil ami.

« Et toi, Aldus, que fais-tu ici ? »

Le mage se mit à sourire.

« Je suis simplement venu prendre des nouvelles d'un ami cher, Cohen. Rien de plus. »

« Mais... et le cristal ? »

Aldus posa le doigt devant sa bouche.

« Juste un rappel pour te dire de te tenir prêt. »

Il prit dans sa bourse quelques écus et les jeta sur la table. Rabattant son capuchon, il se dirigea vers la sortie, marqua un arrêt, et se retourna vers Cohen, souriant.

« Tout ceci sera bientôt terminé, mon ami. Nous retrouverons nos terres ancestrales. »

Il disparut en passant la porte de l'annexe.

Cohen voulait commencer à vider sa pinte. Puis son instinct le titilla. Cet instinct qui ne l'avait jamais trompé. Il reposa la cervoise. Pour entendre le rugissement le plus inhumain et terrifiant qu'il avait entendu depuis la guerre du fléau, provenant de l'extérieur. Il resta tétanisé quelques secondes. Pour ne s'éveiller que lorsque le bruit des projectiles d'une catapulte s'écrasant sur le sol résonna. Puis des cris, comme toute une ville qui subit la douleur d'un assaut. Le chevalier se leva et brandit son arme, puis se jeta vers la sortie. L'auberge était déjà déserte. Seul l'elfe de la nuit restait là, prostré derrière une chaise et tremblant. La porte principale était grande ouverte, et la furie des combats se faisait déjà entendre.

En sortant, Cohen les vit. Trois abominations monstrueuses étaient aux portes d'Âtreval toutes proches. Elles devaient bien faire au moins 15 pieds. Grouillants entre ce qui leurs servaient de jambes, les morts se jetaient sur tout ce qui étaient susceptibles de constituer un repas convenable.

« Sylvanas... »

Il fut bousculé par une unité de la croisade d'argent qui se dirigeait vers les portes. Une trentaine d'hommes lourdement armé. Il décida de les suivre.

Ce qu'il avait vu depuis l'auberge n'était qu'un aperçu de l'horreur qui se profilait. Pendant la minute où son groupe avait trotté jusqu'à la brèche, les abominations avaient chacune emprunté un chemin différent à travers les bâtisses, massacrant à tour de crochet les premiers défenseurs. L'une d'entre elle se présentait justement dans la rue de Cohen.

« Vous là, rappliquez ! »

Le sergent du groupe qu'il avait suivi faisait de grands moulinets avec son bras pour qu'il se décide à rejoindre la formation, ce qu'il fit avec empressement. C'était un Nain tout en armure de plaque, il utilisait un marteau en guise d'arme et portait une longue barbe rousse, qui compensait très certainement son crâne chauve et tatoué.

« Quel est ton nom, vieillard ? »

« Cohen »

« Tu sais te battre ? »

« Un peu oui. »

Le sergent se mit à sourire.

« Bien, alors suis nous et fais pas d'histoire. Surtout, ne te fais pas tuer. »

La formation était un carré des plus classiques. La première ligne et la deuxième ligne se déployèrent devant l'abomination en arc de cercle et commencèrent à attirer son attention. Pendant ce temps, la troisième ligne tirait à feu nourri des flèches enflammées sur la créature. La quatrième ligne, elle, montait une sorte de baliste portable dont le projectile était arrimé à une chaîne d'acier.

Cohen se joignit à la première ligne. L'abomination n'était pas seule, des dizaines de cadavres ambulants l'accompagnaient. Gérer à la fois ce monstre et les troupiers n'aurait pas été évident en terrain ouvert. Fort heureusement, l'étroitesse de la rue empêchait le colosse d'utiliser efficacement son crochet. Elle ne faisait qu'attirer le feu des arcs, pendant que la vermine devait remplir son office.

L'espadon dégainé, Cohen fonca sur la première goule qu'il décapita d'un geste franc. Alors qu'une deuxième en profitait pour l'attaquer par derrière, il se retourna à la vitesse de l'éclair et la trancha en deux au niveau du bassin. Derrière, le sergent gueulait.

« Le vieux, reforme la ligne, bordel ! »

Les autres soldats étaient en effet restés à distance et se contentaient de retenir les cadavres. Cohen ne comprit pas mais se dirigea tout de même vers la ligne et se tint prêt à contenir, comme les autres.

L'abomination s'était empêtrée entre deux maisons et ne parvenait pas en sortir. C'est alors qu'elle rugit et parvint à sortit de la ruelle. Elle se rapprochait dangereusement du groupe et ne tarderait pas à faucher les défenseurs.

« Baliste prête, Sergent ! »

« Eh bien tirez nom de dieu ! »

La baliste fit mouche dans la gueule de l'abomination. Mais celle-ci ne paraissait guère gênée par l'acier transperçant sa nuque. C'est seulement à ce moment que Cohen remarqua l'explosif gobelin attaché à au projectile et dont la mèche parcourait la chaîne d'acier. Trop tard pour penser à se protéger. La tête de la créature explosa en une bouillie de sang coagulé et de boyaux putrides, tandis que le corps s'était tétanisé pour s'effondrer à terre, écrasant au passage quelques goules.

« En avant ! Écrasez-moi la vermine ! »

Les guerriers ne se firent pas prier. Une goule sans soutien n'avait que peu de chance face à des soldats entraînés. Elles se firent toutes exterminer. Quelques minutes après, la rue était de nouveau calme. Les cadavres s'amoncelaient sur le sol, certaines maisons avaient eu le toit arraché par le colosse, mais le silence régnait.

Le sergent fit signe, en silence, de se diriger vers la place principale, là d'où provenaient les créatures. Sur le chemin et au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient, le nombre de cadavre de goules mais aussi de citoyens d'Âtreval massacrés augmentaient. Une fois sur la place, seul le son du vent sifflant et charriant les odeurs de putréfaction brisait le silence.

Le Seigneur Tirion Fordring, irradiant de lumière, avait brisé et réduit en poussière toutes les lignes arrière de l'assaillant. Seul.
« Saleté ! »

Grima lança un caillou dans la direction de l'énorme vers qui sortait de son trou, dans lequel il retourna aussitôt. Elle soupira.

« Peur de se faire manger par la petite bête, gamine ? »

Hargan sourit. Il attrapa un morceau de pain rassis qui traînait et en croqua une bouchée. Son amie d'infortune grimaça.

« Peur ? Non. Ces choses me dégoûtent. Je les écrase simplement par bon goût. »

Elle ricana et s'affaissa contre la paroi de la grotte. Un mystérieux réprouvé les y avait conduit et leur avait demandé de ne pas bouger jusqu'à son retour. Cela aurait été de toute manière difficile avec la jambe encore sanguinolente du commandant Orc. A l'extérieur, la pluie battait et la visibilité était quasi-nulle. Hargan désigna l'entrée de leur refuge.

« Je me demande quand va revenir ce chevalier. Je n'ai l'intention de rester ici beaucoup plus longtemps. »

« Il nous a sauvé la mise hier soir, nous lui devons bien quelques heures d'attente supplémentaire. »

Le regard de l'orc se durcit.

« Je dirais que c'est plutôt moi qui nous ai sorti de ce guêpier. Si je n'avais pas été là... »

Il cracha.

« Nous avons assez passé de temps dans ce trou à rat. »

Il s'appuya sur sa jambe droite pour se relever, soutenant la gauche de sa main. En tentant de faire un pas, il s'écroula à terre. Grima l'attrapa avec force pour le rasseoir contre la paroi.

« Ce carreau d'arbalète ne t'a pas manqué, capitaine. Tu ferais mieux de te tenir tranquille. »

L'orc grogna.

« Ce n'est rien du tout. Et puis que faisaient ces humains en plein coeur du royaume réprouvé ? Je n'aurais pas imaginé Sylvanas aussi négligente. »
« J'en sais rien, chef. Ce que je sais, c'est que ces types étaient plutôt du genre désespéré. Même pas de quoi se vêtir chaudement, et un regard... » Elle frissonna. « Un regard à faire peur, oui. » Les derniers jours avaient décidément été rudes.

Hargan soupira. « Ces femmes... » Il se releva péniblement, puis se dirigea en boitant vers la sortie de la caverne, restant néanmoins à l'abri des intempéries. D'après ce qu'il en savait, les clairières de Tirisfal n'avaient été que peu touchées par la corruption en comparaison des Maleterres. Seule la frontière de la barricade montrait des signes du passage de la peste avec quelques arbres contaminés. Mais dans sa grande majorité, la flore était restée intacte.

Il renifla et ramassa une poignée de brins d'herbe à ses pieds qu'il fit rouler entre ses doigts.

Depuis son réveil au petit matin, son humeur avait comme changé. La nervosité ne le quittait pas. Bien sûr, l'attaque de la veille y était sans doute pour beaucoup, mais il sentait comme autre chose, un malaise subtil dans son esprit qu'il ne ressentait que parce que le pouvoir de l'habitude ne l'avait pas rendu insondable.

Les brins d'herbes étaient d'un vert extrêmement sombre, presque noir. Il se frotta les mains pour s'en débarrasser.

« Tu devrais moins te laisser absorber par tes pensées dans ces contrées, Orc. »

Hargan sursauta. Un réprouvé habillé d'une lourde armure de plaque venait de surgir de l'ombre de la forêt et se dirigeait tranquillement vers l'entrée de la caverne. Malgré le raffut qu'un tel attirait provoquait, il avait pu s'approcher sans se faire repérer grâce au bruit battant de la pluie tombante. Le capitaine maugréa et sourit d'un air carnassier. Il se redressa de tout son corps malgré la douleur brûlante dans sa cuisse tandis que son vis-à-vis arrivait à sa hauteur.

« L'inaction ne convient pas à un orc, mort-vivant. »

Le chevalier se tourna vers lui. Sans laisser transparaître de réaction, il le jaugea du regard, puis abaissa ses yeux sur la plaie qui continuait de saigner.

« Nous devrions vite remédier à ce problème, dans ce cas. Allons au fond de la caverne. »

Il acquiesça.

Grima s'était adossée à une paroi de la caverne, le regard dans le vide. Elle fixa le réprouvé à son arrivée.

« Avez-vous trouvé des survivants de l'attaque ? »

Il ne lui adressa pas un regard.


« Orc, allongez-vous. »

Obtempérant, il s'allongea en prenant appui contre la paroi, aux côtés de sa subordonnée. Il retira le pansement de fortune en grimaçant, tandis que son mystérieux hôte l'examinait.

Ce dernier ouvrit une sacoche dissimulée dans son armure d'où il sortit du tissu de lin et un tube dans lequel tournoyait une étrange mixture bleutée. Il s'adressa enfin à Grima.

« Donnez-moi votre ration de rhum. »

Grima et Hargan se regardèrent interloqués. Un secret de polichinelle dans les armées qui avaient envahi le Norfendre était que les orcs avaient été largement approvisionnés en Rhum de Strangleronce sur ordre de Garrosh. A la fois pour lui une manière de veiller à réchauffer ses hommes dans le froid du Nord, mais également de s'assurer une bonne réputation dans la troupe. Chaque grunt dans cette région avait ainsi dans son paquetage règlementaire une outre de rhum remplie. L'occasion de nombreux paris, échanges et pugilats avec les autres races de la Horde présentes sur le continent, logées à moins bonne enseigne. Même la troupaille de l'alliance dépouillait en priorité les orcs après une escarmouche avec la Horde.
Elle finit par acquiescer en bredouillant.

« Bien... »

Elle sortit une outre à moitié pleine de la peau de worg qui recouvrait ses épaules.

Le chevalier la saisit puis nettoya grossièrement la plaie grâce au lin, avant de verser généreusement le contenu de l'outre. Hargan se contenta d'un grognement, bien qu'au fond de lui l'envie de rugir débordait.

« Bien. Maintenant, un pansement digne de ce nom. »

Il déboucha la fiole au contenu bleuâtre et en versa lentement le contenu sur la blessure jusqu'à ce qu'elle soit entièrement recouverte. Au bout de quelque seconde, elle se solidifia en une sorte de couche de givre souple qui empêchait tout saignement supplémentaire.
Grima ne put s'empêcher d'exprimer son admiration.

« Incroyable... Quand je pense aux nombres d'hommes perdus dans le Nord à cause de ce type de plaie saignante. »

Le réprouvé se redressa.

« Le saignement sera contenu le temps qu'il faudra. Mais un soigneur ne serait pas de trop pour accélérer la cicatrisation de cette plaie. En attendant, vos mouvements seront quelque peu... handicapés. »

Hargan se releva péniblement. La douleur était désormais largement contenue, et s'il ne parviendrait probablement pas à réitérer une fuite comme celle de la veille, il se sentait de marcher à un rythme raisonnable et peut-être même de combattre. Il afficha un sourire carnassier.

« Je serais curieux de savoir où un chevalier de la mort comme toi a appris la médecine. »

« Nous avons des sujets plus importants à aborder, maintenant que vous ne risquez plus rien. »

La voix du chevalier s'était faite plus ferme tout à coup. L'orc se renfrogna.

« Nos affaires ne concernent que nous. Je me demande en revanche pourquoi ta Reine n'est pas capable de faire régner la sécurité à quelques milles de sa propre capitale. »

Un souffle glacé s'échappa du casque fermé du réprouvé. D'après les nombreuses rumeurs qui circulaient pendant la campagne de Norfendre, certains ranimés avaient conservé l'habitude de respirer, même si elle ne leur était plus nécessaire dans la non-vie.

« Je n'en ai aucune idée, je reviens juste du Norfendre, tout comme vous. A vrai dire, j'ai fait le voyage à vos côtés.»
Hargan et Grima échangèrent un regard confus.

« A bord de la Gloire du Varimathras ? Mais... »

« J'ai des relations dans la marine réprouvée. Il m'a été aisé de débarquer en secret peu après vous. C'est en suivant le chemin de la capitale que je suis tombé par hasard sur vous deux, fuyant le lieu de l'embuscade. La raison de la présence de ces humains belliqueux m'est inconnue, même si elle ne me surprend guère, étant donné la tension qui règne désormais dans le domaine de la reine Banshee. »

Il retira son heaume. Son visage avait clairement été déformé par la mort, mais restait supportable à la vue d'un profane. Ses cheveux avaient moisis et viré au vert. Au-delà de cette description qui aurait pu convenir à une grande partie des non-morts d'Azeroth, un détail retenait l'attention d'Hargan. Ses yeux exprimaient une détermination presque vivante et farouche. Les réprouvés étaient une race déterminée par nature, cela n'était plus à prouver. Ils avaient cependant beaucoup de progrès à faire pour exprimer leurs sentiments, au vu des tourments qui continuent d'affecter l'âme de la plupart d'entre eux. D'où la difficulté pour les autres races de les accepter et de les intégrer, au-delà de leur nature abominable.

« Quoi qu'il en soit, vous devriez reprendre la route désormais, et profiter de la pluie pour rejoindre discrètement la capitale. Cet endroit va rapidement devenir un enfer. Accomplissez votre mission, et rentrez chez vous. »

L'orc maugréa. « Je n'ai aucune raison de t'écouter, sac d'os. Tu ne me sembles être rien de plus qu'un espion venu se mettre dans mes pattes. »
Le chevalier se redressa et afficha tant bien que mal sur son visage abîmé un sourire dédaigneux. « Tu es encore bien jeune, Orc. Oublierais tu que c'est ton « espion » qui vient de te sauver d'une mort par hémorragie au milieu d'une forêt hostile ? »

Hargan bouillait, cet étranger se permettait de l'insulter devant sa subordonnée.

« Tu devrais ravaler ta fierté, jeune Orc, et commencer à penser. Aujourd'hui tu n'es qu'un lâche qui a abandonné sa compagnie lors d'une embuscade pour sauver une femelle. Belle notion de l'honneur, privilégier son intérêt personnel à ses camarades. »

Le bruit foudroyant de 2 armes retentit. Hargan, dégoulinant de sueur, avait saisi sa hache et lancé une attaque verticale à pleine vitesse sur son adversaire. Mais en face, le chevalier avait déjà dégainé et aisément paré son assaut. La lame runique brillait intensément, chaque rune scintillant comme si elles appelaient au sang.

« Tu es faible. »

D'un coup de pied sur la cuisse blessée, il déséquilibra Hargan et l'envoya valser du plat de l'épée contre la paroi de la grotte. Il s'approcha doucement de lui, épée en main.

« Pas un pas de plus, chien. »

Le réprouvé sentit sous son omoplate, précisément dans une faille de son armure de plaques, la douleur caractéristique d'une dague prête à vous éliminer à la moindre réaction. Il tourna lentement la tête pour découvrir la petite Grima qui s'était rapprochée et lui saisissait à présent le coup. Il sourit.

« Je vois que ta femelle se défend mieux que toi, Orc. »

Il sentit s'enfoncer un peu plus la lame à ces mots et fronça les sourcils.

« Bien, je vois, je crois qu'il est temps de se séparer. »

Grima grogna.

« Tu crois que je vais te laisser partir après la façon dont tu as frappé mon chef ? »

Alors qu'elle terminait sa phrase, Grima se rendit compte de l'odeur épouvantable qui emplissait désormais la grotte. Elle tourna lentement la tête vers ce qu'elle pensait en être la source. Un immonde tas de chair putréfiée mêlé de griffes et de poils était apparu à l'entrée de leur refuge. Il s'approchait lentement d'elle, prêt à frapper. Elle pouvait combattre la créature, mais dans ce cas laisser libre champ au réprouvé pour reprendre un combat perdu d'avance. Si elle abattait le chevalier, elle s'exposait à une attaque mortelle de la goule. Elle laissa tomber sa dague et recula doucement en direction d'Hargan, toujours effondré et désormais inconscient.

« Pour répondre à ta question, oui. »

Il rangea son épée dans son dos.

« Tu as du courage, jeune Orque, j'espère que ton ami en a également plus qu'il n'en a montré aujourd'hui. Une ombre s'étend sur ces terres, et vous n'y échapperez pas. La guerre, oui, mais autre chose, de plus sombre, aussi. »

Il se retourna et se dirigea vers l'extérieur, la créature le suivant lentement.

« Faites ce que j'ai dit, allez vers la capitale. »

Abattue, Grima releva cependant la tête.

« Quel est ton nom, Chevalier ? »

Il marqua une pause.

« Anton. »
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
ÉVÉNEMENTS
DISCORD JUDGEHYPE
Discord
BOUTIQUE
1 2 3
Amazon Prime
Livraison en un jour GRATUITE, Amazon Video, Cloud, Prime Music... Essayez Amazon Prime gratuitement pendant 30 jours
Amazon Prime Student
Tous les avantages d'Amazon Prime pour seulement 24 EUR par an pour les étudiants !
Coffret WoW Chroniques
Les trois magnifiques livres WoW Chroniques réunis dans un seul coffret. Indispensable !
L'ANTRE DES PRÉDICTIONS
APPLICATIONS MOBILES
Application Android  Application iOS
SOUTENIR JUDGEHYPE
Logo Voici les moyens de soutenir JudgeHype :  Abonnez-vous au réseau JudgeHype  Désactivez adblock pour le réseau  Achetez via ce lien sur Materiel.net  Achetez via ce lien sur Amazon.fr  Achetez via ce lien sur Gamesplanet Nous vous remercions pour votre soutien sans qui le réseau JudgeHype ne pourrait continuer son travail !
JEU : PatchsQuizzClassesRacesMétiersLexique de WoWConfiguration requiseLes MMORPGFAQChronologie des romans et BDRaces et personnagesHistoire des royaumesLigne du tempsLes deux lunes d'AzerothHistoire de Warcraft IIIRapports de jeuJCC WoWJeu de plateau WoWGuides stratégiquesWarcraft & WoW RPGClavier ZBoardPériphériques PCCasque micro WoWAléatoiresBD des visiteursAventures de StevostinCinematic screenshot of the weekFan artsConcept arts #1Concept arts #2IllustrationsHumourFonds d'écranEaster EggsDivers
GUIDES : Bataille de LordaeronCoeur d'AzerothKul Tiras et ZandalarExpéditions dans les îlesMode guerreFront de guerre: StromgardeSésame L110Races alliéesTalents raciauxDébloquer le vol BfAMarché noirActivités quotidiennes et hebdomadairesPort-LibertéManoir MalvoieTol DagorSanctuaire des tempêtesSiège de BoralusAtal'DazarTemple de SephralissLe FilonTréfonds PutridesLe Repos des RoisGuides Battle for AzerothGuides LegionGuides des classes et spécialisationsGuide du débutantGuides générauxObjets légendairesDonjons & raidsLieux insolites & vidéos cultesLeveling des métiers
FARMING : Avant-postesExpéditionsQuêtes d'émissaireAvis de rechercheTable de commandement de missionChampionsAméliorations tactiquesAmirauté des PortvaillantBrigade de l'HonneurChampions d'AzerothChercheurs tortollansEmpire zandalariExpédition de TalanjiOrdre des BraisesSillage des TempêtesVolduni7ème LégionRoute de farming des plantes, minerais, tissus, cuirs et cuisineMétiers de rang 3
RAIDS : Raid UldirTalocDAMEDévoreur fétideZek'vozVectisZul ressuscitéMythraxG'huunWorld Boss
EVENTS : Jour des MortsSanssaintFête du feuSemaine des enfantsJardin des noblesFête lunaireDe l'amour dans l'airBienfaits du pèlerinMarche des têtardsJournée des gardes volontairesFête des chapeluisantsEmbarquement pour les Mille PointesTournée des tavernes du Kirin TorAppel du ScarabéePrintemps des montgolfières
COLLECTIONS : WoWToolkitMontures BfASerpent de sang NazjatarMascottes BfAJeune MaccarbreTaptafB'aalTransmogrification Boucle Temporelle
WOW CLASSIC : Dossier World of Warcraft ClassicGuide PvP Rang et RécompensesGuide des montures VanillaGuide des armes légendaires VanillaL'exploration dans WoW VanillaMeilleurs souvenirs de WoW VanillaDifférences entre WoW Legion et WoW Vanilla
DIVERS : BlizzCon 2017BlizzCon 2016BlizzCon 2015BlizzCon 2014BlizzCon 2013BlizzCon 2011BlizzCon 2010BlizzCon 2009BlizzCon 2008WWI Paris 2008BlizzCon 2007Gamescom 2015Press Tour juin 2016Dossier LegionAlpha & Beta testAlphha & Beta testPress Tour 2014Beta testInfos-clésPress Tour 2012Patch 5.4Patch 5.3Patch 5.2Beta testInfos-clésPatch 4.3Patch 4.2Beta testPress Tour 2008IllustrationsScreenshotsHistoireFonds d'écranPatch 3.3Patch 3.2Patch 3.1Beta testPress Tour 2006E3 2006IllustrationsScreenshotsBeta testDates-clésScreenshotsVoyage de BrannPreviews 2001-2006Interviews 2001-2008
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site World of Warcraft : 357.399.589 visites.
© Copyright 1998-2019 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.