Fanfiction World of Warcraft

Retour à la liste des Fanfiction

La mort d'Illidan face au clan Requiem

Par Relik

La mort d'Illidan face au clan Requiem

Le soleil périclitait à l'horizon. Au fur et à mesure que les minutes passaient, il perdait de sa chaleur. De temps à autres, un nuage venait obscurcir le ciel. Comme si, tout à coup, quelqu'un avait éteint la lumière. C'était fini. Le rideau se fermait. On aurait pu croire, dans cet instant éphémère, que toute vie avait cessé. Mais aussitôt que le doute fut installé, le soleil, dans sa splendeur, revenait au galop, comme pour chasser le malotru. Celui-ci s'empressait alors de s'écarter, de peur des éventuelles représailles.

C'est alors qu'une bise légère se réveilla. Après une telle journée de chaleur, cette dernière était la bienvenue. Il était temps, d'ailleurs. Elle se laissait désirer.

Azonn avait du mal à supporter la chaleur des Tarides.

- "Saleté d'orc", pesta-t-il.

ImmOrc, l'agence immobilière à laquelle il s'était adressé 3 semaines plutôt, lui avait pourtant promis que les chaleurs "n'étaient pas si terrible" et que le vent "soufflait récuremment, surtout en pleine journée". Les paroles de l'Orc étaient encore si fraiche dans sa mémoire, et risquaient de l'être encore pour longtemps.

Il ouvrit alors la fenêtre, afin de laisser cette bise rafraîchir l'intérieur de sa hutte. Il haussa les épaules. Après tout, l'endroit n'était pas si mal situé. Une oasis se trouvait à quelques centaines de mètres. Il y avait bien quelques centaures belliqueux à cet endroit, mais l'agence lui avait dit "qu'il ne serait guère un problème pour un tauren de votre stature". Au moins, ils n'avaient pas menti sur ce point.

Après avoir ouvert les volets de deux des quatres fenêtres de sa hutte, Azonn s'installa tranquillement dans son fauteuil.
Il lui fallait faire le vide, se concentrer, se préparer. Cela faisait quelques semaines qu'il se préparait à La rencontre. Il fallait qu'il soit prêt. Prêt à triompher. Prêt à libérer l'Outreterre.

Des bruits à l'extérieur tira Azonn de sa pensée. Il se leva, pris sa masse, et ouvrit la porte. Dargona venait le quérir.

- "Alors, vieille bique, il est l'heure ?" demanda-t-il.

Dargona avait le visage ferme, les traits tirés. Elle était plus anxieuse que jamais.

- "T'as pas dormi des masses, ma vieille!" lança-t-il en lui faisant signe d'entrer.

Toutefois, Dargona n'avanca pas. Elle restait silencieuse. Azonn avait compris. C'était l'heure.

Sans rien ajouter, il réunissa son équipement de soigneur et se précipita à l'extérieur. Mais Dargona n'était déjà plus là, sans doute happée par le néant. Il se concentra alors pour voyager dans le néant, rejoindre la capitale de l'Outreterre d'où l'expédition partirait.

Quelques secondes plus tard, il se retrouvait à l'éminence de l'Aldor. Il appella Joseph, son fidèle destrier, pour que celui-ci l'emmène au lieu dit.

A Ombrelune, le Temple Noir dominait l'horizon. On ne pouvait pas le louper! Les ténèbres qui en émanaient lui faisaient toujours le même effet : un frisson parcourant l'échine dorsale.
Arrivé au pied du temple, les quelques ligemorts qui trainaient là le guidèrent jusqu'au Maître des lieux, là où toute l'équipe l'attendait déjà.
Un silence de mort régnait au sommet. Les 24 compagnons d'Azonn avaient tous le même regard, mêlé à la fois de stupeur, de peur, mais couronné de ce même courage, de cette même soif de vaincre.

Azonn se joignit au groupe. Ils étaient enfin là. Ils avaient travaillé dur durant des semaines. Le moment était arrivé, l'ultime affrontement.
Dans le groupe, certains étaient très tendus, d'autres un peu moins et d'autres encore, pas du tout. C'était notamment le cas de Tabullhé, le druide fourbe. Il se laissait masser les épaules par 'Ërah, la démoniste "fille de mauvaise vie", qui avalait de temps à autre une de ses puces sans trop le vouloir.
Kôji, quant à lui, avait perdu son membre. Azonn rit. Kirry l'avait retrouvé, et c'était bien sur abstenu de révéler quoi que ce soit à ce pauvre mage.
C'est alors qu'une voix se fit entendre. Relik, leur guide, annonca qu'il était temps pour nous de libérer l'outreterre. Qu'il était temps de mettre un terme au règne de ce Traitre : Illidan Hurlorage. Tous écoutaient son discours, ce même discours qui révéla de nombreuses fois les meilleurs atouts de chacun d'entre eux.
A la fin de son discours, Relik appella Akama. Celui-ci nous introduit enfin auprès du Traitre, pour la première, et la dernière fois.

Illidan était imposant. "Un grand gaillard!" lança Tabullhé. Ses yeux étaient perçants, son regard vif. Il arborrait au bout de chaque main deux lames, digne des plus grand forgeron de tous les temps.
Larkange, le voleur, n'avait d'yeux que pour elles. Cependant, il semble qu'Illidan ne l'entendait pas de cette oreille.

Illidan tapait fort, et vite. Il fallu se concentrer au maximum pour que Grosseplume ne meurt pas. Mais les soigneurs tenaient bons. Il le fallait de toute façon. Les parasites étaient contrôlés par les mages sans aucuns soucis, "comme à l'entrainement".
Les immenses infernaux d'Illidan, "Les flammes d'Azzinoth" comme il le disait si bien, ne fussent guère pire que prévues. Elles moururent très vite, ce qui forca illidan à redescendre pour qu'il puisse enfin déchainer sur nous, toute sa puissance...

...Ce qu'il fit sans se faire prier.

Au fur et a mesure que le combat se poursuivait, certains d'entre nous s'exténuaient. La mana se faisait de plus en plus rare. Certains pleuraient après les innervations des druides, les suppliaient à genou.
Mais ils tenaient bons. Jusqu'a ce que le Traitre, lui-meme, exténué, s'effondre, au pied de Maïev, venu les aider entre temps.

Certains sautèrent de joie, sans trop savoir s'ils l'avaient fait, croyant rêver. D'autres se taisaient, pour se recueillir. D'autres encore soignaient les rares blessés grièvement. Cependant, l'entrainement avait été à ce point intensif qu'aucun ne fut mortellement touché. Ils avaient débuté à 25, ils l'avaient tué à 25. Unis dans leurs luttes, dans leurs espoires, dans leurs idéaux et leurs convictions.
Ils l'avaient fait.

Relik félicita ses troupes. Il était fier d'eux, fier de ce qu'ils ont fait. A la fin du discours, il annonça qu'Illidan avait menti. Le silence s'installa dans l'assemblée, pour écouter la suite de ce que Relik voulait dire.

- "Il avait menti... Finalement, on était prêt."

Tous hurlèrent à la fin de ce discours, ils chantaient, en levant leurs armes haut dans le ciel, ce même ciel qui, quelques temps auparavant, ne laissait rien présager de bons.
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site World of Warcraft : 360.600.623 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.