Fanfiction World of Warcraft

Retour à la liste des Fanfiction

C'Thun

Par Loadrena

Introduction

Je pensais que mon royaume s'étendrait, que les Aqirs vaincraient. Que mes cités resteraient sous mon contrôle, que les descendants de mes descendants vivraient au lieu de survivre. Je pensais que les Nérubiens, Qiraji et Mantide étaient une armée forte, puissante, que mes subordonnés étaient invincibles et invaincus... Les Azerothiens sont très intéressants.

Ils me font face, à présent. A une partie de moi, à ma partie émergée, à mon incommensurable puissance. Ils tremblent, je les sens, je les entends balbutier dans leur coin et brailler des mots sans intérêt. Je vois dans leurs regards la peur de l'inconnu. Mais je sais tout. Je sais tout. La mort... est... proche... Vos amis vont vous abandonner.

Je les entends parler. Ils discutent, sombrent dans une folie imaginaire, tout ça grâce à moi.

"- Tu... Tu as entendu ?
- De quoi tu parles ?

Ne résistez pas à mon emprise, vous ne pouvez rien faire, je suis un Dieu. Je suis puissant. Je suis UNIQUE. Sombrez, sombrez à travers le Muet, l'Immobile, le Noir.

- J'ai mal à la tête... Je dois tuer tout le monde... Je dois vous éliminer."
...


Les Azerothiens ont encore perdu. L'Empire ne tombera pas de sitôt. Je ne tomberais pas. Je contrôlerais Kalimdor, comme je me le suis promis... Et je me vengerais des Titans. Je boirai leur sang quand ils seront à terre, je m'enivrerai de la puanteur de leurs cadavres délaissés sur Azeroth. Mais avant toute chose, ne rompons pas le pacte passé. Ils ne doivent pas s'en rendre compte.

Voilà encore une brume qui s'abat sur mon royaume, et dans quelques instants, tous mes soldats seront réapparus, tous mes subordonnés seront vivants. Les mortels ne comprennent pas cela... Ils ne savent pas. Et tant qu'ils ne savent pas, ils ne comprennent pas, ils ont peur, peur de la suite des évènements, peur pour leur vie.

Un autre jour s'achève sur la planète, une autre tragédie commence, de nouveaux "héros" misérables et stupides vont vouloir me tuer. Ils veulent me renfermer, ils veulent mon pouvoir. Ils ne savent pas. Ils ne doivent pas savoir. Leur combat est une illusion, au sens propre. Ils ne se battent pas contre moi, mais contre un adversaire imaginaire, irréel, impassible.

Voilà qu'ils approchent, voilà qu'ils se mettent en route. Les années passent très vite, les secondes lentement. La distorsion du temps est infinie. Noir, noir, plus rien à regarder, ils sont déjà là. Ils frappent les uns sur les autres, croyant tuer mes serviteurs. Ils se battent entre eux pour tuer un Aqir invisible. Dès le premier pas franchi, ils tombent sous la folie, et se retournent contre leur patrie sans savoir pourquoi, voyant en leurs alliés des ennemis et en leurs frères d'armes des soldats hauts placés dans ma hiérarchie.

La folie humaine est intéressante, elle peut servir tout le temps. Divertir, s'amuser, se défendre, la folie aide tout, tout n'est que folie. Sans elle, les Azerothiens ne se battraient plus, s'unissant tous pour contrôler la planète. Tout être possède un brin de folie, une fois ce minuscule éclat si pur et si fragile entaché par la colère et l'envie, ils deviennent fous, ils se détruisent entre eux. Les guerres, les conflits ne sont gérés que par cet éclat, qui se permet de survivre. Moi, je le fais vivre. Je lui permets de se libérer, de se déchaîner.

Ils ont déjà fini ? C'était amusant. Ils sont morts, maintenant. Morts à cause de la folie qui emplit ces lieux, morts à cause de mes illusions affectant leur esprit faible et idiot. Ils ne savent pas, rien, du tout.

Mon royaume ne pourra jamais tomber, il n'existe que dans vos rêves.
Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette histoire !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site World of Warcraft : 360.600.324 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.