Beta Live : Rapport de Kalhni Brisepierre du 25 octobre

Avant de commencer, je tiens à remercier Kreu, notre grand amateur de bière devant le divin, de m'avoir permis de tester ce magnifique jeu. En avançant le fait que ce jeu est superbe, je pense n'étonner personne, donc je ne m'étendrai pas sur les qualités des graphismes, gameplay et autres qui sont déjà des points forts reconnus. Les excellents rapports foisonnent sur le web, donc je m'engagerai sur une voie un peu différente. Je vous présente donc les aventures de Kalzhul, fier orc, amis des nains (erf erf, est-ce-possible ?) et shaman de son état.


Voilà, c'est moi, je sais je suis beau. J'ai commencé mes aventures dans la vallée des épreuves, au fin fond de Durotar. C'est ici que le terrible Shaman (moi !) affronte sa première terrifiante créature (le...hmm...sanglier nain - voir ci-dessous).

Atmosphère de la région : La région de Durotar est couverte d'une terre ocre, signe de l'aridité de la région. Le sentiment d'inhospitalité est vraiment très bien rendu. Des collines s'étendent à perte de vue jusqu'aux rives de la grande Mer.


Les Aventures de Kalzhul, un orc qui l'est bien !

Je chassais tranquillement des sangliers nains quand un énorme scorpion (tout est relatif) s'est précipité sur moi. Avant que je ne puisse dégainer mon marteau de guerre, l'insecte m'avait occis. J'ai alors fait la connaissance avec la dame blanche (spirit healer), et je m'en suis retourné chercher mon corps.

Je revins dans le monde des mortels empli de rage. Enchantant mon marteau, je me précipitai à l'assaut de la bête venimeuse. La foudre surgit du bout de mes doigts et je me jettai dans la bataille. La bête finit par rendre l'âme sous mes coups acharnés, je prélevai ses crocs venimeux comme trophée.

 

Opinion sur la mort dans WoW : on parlera dans WoW d'une dépénalisation de la mort par rapport aux autres produits proposés par le marché. Courir jusqu'à son corps n'est pas à proprement parler pénalisant (sutout que le rendu de l'au-delà est particulièrement beau) et la perte d'expérience si l'on décide de récupérer son corps au cimetière est plutôt modeste. Malgré tout la mort à plus haut level, en particulier dans les zones difficiles ne sera probablement pas à prendre à la légère.

 

Je revenais tranquillement vers le camp de base lorsque j'aperçus un fruit rouge sur un cactus. Le souvenir d'un orc qui se trouvait au camp de base et qui cherchait des fruits de cactus me revint à l'esprit, je m'arrêtai donc pour cueillir quelques fruits. Tout à ma tâche je n'aperçus pas l'orc qui s'approchait de moi. En me retournant, je reconnus Twoono (l'un des fondateurs du Cercle des anciens). Après quelques effusions nous décidâmes d'enquêter ensemble sur un culte secret de plus en plus présent dans Durotar.

 


Des renseignements nous amenèrent près des côtes de la grande Mer. Nous nous retrouvâmes au village de Senjin, un village troll. Bien que la secte soit notre principal souci, nous acceptâmes d'aider un maître shaman troll. Des rites impies avaient lieu sur les îles des échos, Popeye et moi décidâmes d'enquêter sur le problème.

Atmosphère de la région : Les Iles de l'écho sont tout simplement magnifiques. C'est un ensemble de petites îles avec une végétation luxuriante. Tous les inconditionnels de l'univers Warcraft se souviendront que ces îles furent jadis la terre des trolls de la tribu Darkspear. Elles sont désormais peuplées par des raptors et des tigres ainsi que d'une mystérieuse tribu troll.

 

La lune illuminait les rivages lorsque nous retournâmes vers le village de Senji. Le shaman nous remerçia et nous indiqua le chemin de Razor hill, avant poste orc dans lequel nous pourrions peut-être en apprendre le plus sur la secte maudite.

 

Chef-d'oeuvre de l'art militaire, le campement avancé de Razor hill fut notre dernière étape avant Orgrimmar. Les renseignements glanés dans le camp nous dirigeaient vers Orgrimmar, la capitale mythique du peuple orc. Nous décidâmes de profiter de la nuit pour nous amuser, le danger nous attendait et il fallait combattre l'esprit serein.

Atmosphère de l'endroit : Le camp de Razor hill rappelle incontestablement les villes orcs de WarcraftIII. Des bâtiments entourés de pieux acérés, de grandes tourelles fortifiées, des grunts à l'air agressif patrouillant aux portes de l'endroit, tout ceci participe à créer un environnement totalement fidèle à l'esprit de la série.


Donc nous avons dansé toute la nuit... et le matin venu nous partîmes vers la cité de Thrall, le chef de guerre de la Horde.

Le rolepay : j'ai beaucoup lu sur le Web que WoW ne proposerait finalement aucune manière de roleplay. C'est faux. Les outils pour vraiment s'immerger dans le jeu sont là. Il y a énormément d'emotes qui permettent vraiment de faire vivre son personnage à l'écran (dormir, boire et manger, danser ou encore se moquer pour ne citer que ceux-là). Tout dépendra en fait de la communauté.

Ce premier rapport s'achève ici, je suis passé sur les détails des quêtes pour ne rien révéler de capital. Ce jeu est une superbe expérience vidéoludique et même s'il est encore en phase béta, tout amateur de l'univers Warcraft tombera sous le charme. Encore un peu de patience et rendez-vous in game.


Aucun commentaire - [Poster un commentaire]


Il n'y a pas de commentaire. Soyez le premier à commenter cette page !

Poster un commentaire

Vous devez vous identifier pour poster un commentaire.
Nombre de visites sur l'accueil depuis la création du site World of Warcraft : 360.064.065 visites.
© Copyright 1998-2020 JudgeHype SPRL. Tous droits réservés. Reproduction totale ou partielle interdite sans l'autorisation de l'auteur.